Archives pour la catégorie lab

Journées PaaLabRes à la MLIS, 2e édition

du 22 février au 16 mars 2013

à la MLIS (Maison du Livre, de l’Image et du Son) de Villeurbanne.

Exposition « L’objet artistique hybride »

 

Le dépliage du tract présentant ces journées-exposition

Vous pouvez cliquer sur chaque pour voir les images HD :
la couverture (env. 1150x2450px, 2Mo), l’intérieur (env. 3500x2450px, 6Mo) et le dos (env. 2300x2450px, 4Mo).

 

Vous pouvez télécharger en pdf ce même dépliant :
(3p, tract tiers de A4 portrait, 8Mo)
 

 

Journée PaaLabRes
à la MLIS, 1ère édition

Retour à la
liste des
activités PaaLabRes

Journée PaaLabRes
à la MLIS, 3e édition

 

Journées PaaLabRes à la MLIS, 3e édition

le 17 janvier 2014

à la MLIS (Maison du Livre, de l’Image et du Son) de Villeurbanne.

Co-Loc/Actions

 

Le recto-verso du tract de présentation

Vous pouvez cliquer pour voir l’image HD (env. 2350x2450px, 3.3Mo).

 

Le programme de la journée

Vous pouvez télécharger en pdf le programme
distribué pour la journée :
(4p, A5 portrait, 150ko)
 

 

Journée PaaLabRes
à la MLIS, 2e édition

Retour à la
liste des
activités PaaLabRes

 

 

Journées PaaLabRes à la MLIS, 1ère édition

les 19, 20 et 21 janvier 2012

à la MLIS (Maison du Livre, de l’Image et du Son) de Villeurbanne.

Signatures d’un acte de naissance

 

Le recto-verso du tract de présentation

Vous pouvez cliquer pour voir l’image HD (env. 2300x2400px, 4Mo).

 

Le livret des 3 jours

Vous pouvez télécharger en pdf le livret
distribué pendant ces 3 jours :
(4p, A4 portrait, 500ko)
 

 

 

Retour à la
liste des
activités PaaLabRes

Journée PaaLabRes
à la MLIS, 2e édition.

 

Guide 2017

English Guide


Guide de la Carte « Partitions graphiques »

Cette nouvelle édition se présente sous forme d’une carte s’inspirant du plan de métro (Édition 2016), à partir de la photo d’un tableau de l’artiste lyonnais Christian Lhopital (merci pour sa généreuse contribution). Nous avons profité de la présence de lignes de failles sur ce tableau pour positionner des « lieux-dits » et organiser leurs connexions. La carte est constituée de contributions regroupées en régions (Treatise, films, documentation). Elles représentent deux grandes catégories :

 

Réalisation artistique

Une réalisation artistique (audio ou vidéo) d’une partition graphique se déclenche au "clic" sur le lieu-dit, c’est-à-dire sur le nom de la contribution.

Un texte explicatif, théorique ou poétique, apparaît lorsqu’on passe d’un lieu-dit à l’un de ses voisins immédiats, sous la forme d’un collage avec le texte de la contribution voisine.

 

Des contributions sous forme de textes

Il s’agit de textes de références, d’interviews ou de documentation concernant les partitions graphiques.

 

Vous pouvez vous déplacer librement dans la nouvelle carte en cliquant sur les noms des divers lieux-dits. Mais l’esprit de notre démarche est définitivement tourné vers le paarcours en suivant les lignes de faille : la balade d’un lieu-dit à son voisin fait apparaître un collage de textes ou de paroles, réalisé par PaaLabRes à partir d’éléments fournis par les contributeur·ices. Nous vous encourageons vivement à suivre un itinéraire le long d’une ligne de faille.

 


Voir l’éditorial de cette édition, la liste des contibuteur·ices de l’édition 2017

Aller à l’ÉDITORIAL général | à l’ÉDITORIAL Plan PaaLabRes (2016)

Guide 2016

English Guide


 

Guide du Plan PaaLabRes (2016)

mini-Plan PaaLabRes, édition 2016  
L’Édition 2016 se présente comme un plan de métro, composé de cinq lignes.
Chaque ligne représente un aspect important des préoccupations du collectif PaaLabRes :  Cartographie PaaLabRes ,  Politique ,  Improvisation ,  Recherche artistique  et  Compte-rendu de pratiques .

L’Édition 2016 comporte 18 textes (parfois des voix parlées enregistrées, parfois des textes animés sous forme de vidéos). On peut y accéder en cliquant sur chacune des 18 stations du métro.

Et l’édition 2016 comporte 72 extraits d’objets artistiques (enregistrements audio, vidéos, images, textes animés) réalisés par 36 artistes. Ces objets artistiques, que nous appelons « Itinéraires-chants », se trouvent placés entre les stations de la ligne centrale  Cartographie PaaLabRes . Pour y accéder il faut cliquer sur une des stations de cette ligne centrale et lire (ou ne pas lire) le texte. Sur la droite du texte (ou en dessous du texte) se trouve un plan de la ligne centrale bleue. On peut cliquer sur n’importe quelle station sur ce plan et un Itinéraire-chant apparaîtra qui vous mènera agréablement vers la station sélectionnée. Un générique décrivant l’itinéraire-chant apparaît à la fin de l’extrait avec le titre et le nom (ou les noms) des artistes. Il y a 9 stations sur cette ligne, ce qui donne 72 possibilités de parcours entre deux stations.

Voir la liste des itinéraires-chants et la liste des contributeur·ices 2016.

 


 

Aller à l’ÉDITORIAL Plan PaaLabRes (2016),
à l’ÉDITORIAL Carte « Partitions graphiques » (2017)

Aller à l’ÉDITORIAL général

 

English Guides

On this page:

Guide PaaLabRes’ Map (2016)
Guide Graphic Scores (2017)

 


Guide PaaLabRes’ Map (2016)

mini-Plan PaaLabRes, édition 2016  
This Edition is presented in the form of a subway train map, with a central circular line and four other lines. Each line represents an important aspect of the collective PaaLabRes’ concerns:  PaaLabRes Cartography  (central line),  Political ,  Improvisation ,  Artistic Research  and  Projects and Actions .
Here are the directions for use of the map:

The 2016 Edition is composed of 18 texts (sometimes recorded spoken words, sometimes videos of animated texts). One can access them by clicking on each of the 18 metro stations.

The 2016 Edition is also composed of 72 extracts of artistic objects (audio recordings, videos, images, animated texts) realized by 36 artists. These artistic objects, we call them “Itineraries-Songs” can be found in between the stations of the central line  PaaLabRes Cartograpy . To access them you have to click on one of the stations of the central line and read (or not) the text. On the right side of the text (or underneath the text), there is a map of the central line in blue. To access an Itinerary-Song you have to click on any one of the stations of the central line placed on this map. An Itinerary-Song will lead you nicely towards the selected station. Credits appear at the end of the Itinerary-Song with the title and the names of the artists. There are 9 stations on this central line, which results in 72 possibilities of connection between stations.

See the list of the Itineraries-Songs and the list of this Edition’s contributors.
Go to the PaaLabRes’ Map EDITORIAL (2016)

 


Guide Graphic Scores (2017)

mini-Carte 'Partitions graphiques', édition 2017 This new edition is presented in the form of a roadmap, reminiscent of the metro map of our first formal proposition (2016 Edition), taking as basis a photograph of a painting by Lyon artist Christian Lhopital (we thank him for his generous contribution). We took advantage of the presence of seismic “faults” on this painting to use them as lines for connections between what we call “known places” [“lieux-dits”] in a meaningful way. Some contributions are grouped together on the map in regions (Treatise, films, documentation).

The map consists of two big categories:

Artistic realizations

  1. An artistic performance (audio or video) of a graphic score, which can be triggered by clicking on the “known place”, that is the name of the contribution. An explicative, theoretical or poetical text appears when one goes from one “known place” to either of the two neighboring “known places”, in the form of a collage with the text of the neighboring contribution.
  2. Performances of Cardew’s Treatise, which are clustered in one part of the map and are presented in the same format.
  3. Three musical illustrations of films.

Contributions with texts

These are reference articles, interviews or documentation pertaining to the question of graphic scores.

You can move freely in the new map by clicking on any of the names of the known places. But the spirit of our approach is definitively on the side of taking a path following the lines, or seismic “faults” (as in “San Andreas fault”): the strolling from one known place to its neighbor reveals a collage of texts or spoken words provided by the contributors. We strongly encourage you to follow a pathway along on a fault line.

Go to the Graphic Scores EDITORIAL (2017)

 

English Editorial 2016

PaaLabRes:
Artistic Practices in Acts, Laboratory of Research
(Pratiques Artistiques en Actes, Laboratoire de Recherches)

Contents:

Directions for use
Line “PaaLabRes Cartography”
Line “Political”
Line “Improvisation”
Line “Artistic Research”
Line “Projects and Action”

mini-Plan PaaLabRes, édition 2016

The 2016 Edition is presented in the form of a subway train map, with a central circular line and four other lines. Each line represents an important aspect of the collective PaaLabRes’ concerns:  PaaLabRes Cartography  (central line),  Political ,  Improvisation ,  Artistic Research  and  Projects and Actions .

Here are the directions for use of the map:

Directions for use

The 2016 Edition is composed of 18 texts (sometimes recorded spoken words, sometimes videos of animated texts). One can access them by clicking on each of the 18 metro stations.

The 2016 Edition is also composed of 72 extracts of artistic objects (audio recordings, videos, images, animated texts) realized by 36 artists. These artistic objects, we call them « Itineraries-Songs » can be found in between the stations of the central line  PaaLabRes Cartograpy . To access them you have to click on one of the stations of the central line and read (or not) the text. On the right side of the text (or underneath the text), there is a map of the this line in blue. To access an Itinerary-Song you have to click on any one of the stations placed on this map. An Itinerary-Song will lead you nicely towards the selected station. Credits appear at the end of the Itinerary-Song with the title and the names of the artists. There are 9 stations on this central line, which results in 72 possibilities of connection between stations.

See the list of the Itineraries-Songs and the list of this Edition’s Contributors.

 

Line  “PaaLabRes Cartography” 

The central circular line represents the  PaaLabRes Cartograpy . The project of this particular line is based on nine parts (stations) representing the major concepts of the collective PaaLabRes: « Nomadic », « Transversal », « Experimental », « Discipline », « Praxis », « Music to be made », « Cultural Operations », « Orality », « Ecology of Practices ». The reader of the cartography chooses one of these concepts, then, in selecting a second one, an Itinerary-Song appears that links the first concept to related poetry, audio or video sequence, spoken words, music, or graphics,…) There are seventy-two Itineraries-Songs in all. This idea is inspired by the practice of Australian aborigines. The philosopher Daniel Charles opens his chapter on “Nomadic Music” (citing Bruce Chatwin) by a description of traditional Aboriginal practices, which consist in connecting their songs or poetry to itineraries from one location to another:

Australia is covered by a network of tracks, which make it virtually (…) a musical score. These tracks are not traced on the ground like paths or trails, they remain invisible to strangers. There are landmarks – a rock, a hill, a water point, a sand bank… – which are sacred sites, linked to as many mythological episodes, and the song or poem leads from one site to the next, measuring the distance that separates them. The song is itinerary and the itinerary the song.
Daniel Charles, Musiques nomades, Paris : éd. Kimé, 1998, p. 218. Bruce Chatwin, The Songlines, Londres: Cape, 1987.

Thus, in a similar and nomadic way, the group Paalabres is developing conceptual “Sites” and Itineraries-Songs, which seek to organize the passage from one site to the next.

Access to the stations:


 

 

Line  “Political” 

One of the principal concerns of the collective is the role of the artist in global society (or eminently localized) and the political character of this positioning. In emphasizing practices over whatever results from them (achieved works), the political nature of the interactions between participants cannot be avoided: the questions relative to the access to practices, to hierarchies, to the participation in a democratic context, to the degree of self-determination of the groups, etc. It is not so much a question of communicating political opinions or of envisioning ways to overthrow  existing structures, but of becoming aware of the political and social nature of any artistic acts, to the extent that they have particular ways of interacting with each other. A “political” line therefore has been created.

In the station « Musique, recherche et politique », a text with small vignettes by Karine Hahn and Nicolas Sidoroff mixes Karine’s research on musical practices in a village in rural France (Drôme) and Nicolas’ research on popular education and its possible applications in the musical domain. Some vignettes, more or less long, more or less anecdotical are intended to resonate-and-ignite-reasoning…

Another station on this line « IO+IOU » is also based on two parallel texts: a text by Ben Boretz, an American composer and scholar, I / O (2001), a comparison within musical practices between “poetics” and “political” concerns. To which another text responds, IOU (2015) written by Jean-Charles François for Boretz’s 80th birthday, takes up the textual elements of the original text, but transforms “poetics” into “poiêsis” and “political” into “praxis”. A recording of the French version of these texts has been made with the voices of Monica Jordan, Nancy François, Dan Haffner and Jean-Charles François. This recording is accompanied by a powerpoint-presentation that animates the two texts while they are spoken. A pdf version is also available in French with the two texts presented on the same page in separate columns. The English original version of this double text has been published in Open Space Magazine (Issue 19/20, fall 2015/spring 2016, p. 419-431). Ben Boretz is one of the founders and editors of Perspectives of New Music since 1963, a research publication centered on contemporary music. He has also developed another publication, Open Space Magazine in which research articles are mixed with poetical or experimental texts and with CD recordings. It was important for us in this first version of this electronic publication to refer to an editorial approach similar to the one we would like to promote.

The “political” line also includes a station « La culture au pluriel »: with a recording of quotations from Michel de Certeau, La culture au pluriel (Paris: Christian Bourgois Editeur, 1980 (1974, 1993), pp. 233, 234, 235, 241), and a slam by Jean-Charles François based on part of de Certeau’s text. Michel de Certeau considered that culture in the plural « endlessly calls for a need to struggle ». The diversity of styles, cultures and artistic categories is one of the important aspects of PaaLabRes interest, which gathers in its midst several musical and artistic expressions (classical music, contemporary music, old instruments, popular music, improvisation, literature, traditional music,…).

Access to the stations:

IO + IOU | PRAXIS | GEORGE LEWIS “AFTERWORDS” | OPÉRATIONS CULTURELLES |
LA CULTURE AU PLURIEL | MUSIQUE, RECHERCHE ET POLITIQUE |

 

Line  “Improvisation” 

This line includes a station which crosses the “Political line”: the station « Afterwords », a French translation of George Lewis’ article, “Afterword to "Improvised Music After 1950": The Changing Same”, published in The Other Side of Nowhere, Jazz, Improvisation, and Communities in Dialogue, eds. Daniel Fischlin and Ajay Heble, Middletown, Connecticut: Wesleyan University Press, 2004, p. 163-172. The original essay, “Improvised Music after 1950” was published in the Black Music Research Journal in 1996 by the Center for Black Music Research – Columbia College, Chicago.

George Lewis is a composer, improvisator and trombonist, professor at Columbia University in New York. He is an important personality in the world of research on improvisation and computer music. Early in his musical life he was associated with the A.A.C.M. (Association for the Advancement of Creative Musicians) in Chicago. The A.A.C.M. was founded in 1965 around the pianist Muhal Richard Abrams, and has a long history of being a meeting place for the education and promotion of Afro-American musicians. The A.A.C.M. has encouraged and supported many jazz musicians like Anthony Braxton, Jack DeJohnette, Chico Freeman, Wadada Leo Smith, Leroy Jenkins, and the Art Ensemble of Chicago (Lester Bowie, Roscoe Mitchell, Joseph Jarman, Famoudou Don Moy and Malachi Favors). George Lewis’ recent opera, Afterword is based on the history of the A.A.C.M (2015). The article included in this edition is centered on the claim that the so-called “experimental music” does not belong only to European art music and the musicans associated with John Cage in America, but can qualify in equal terms the innovative side of the Afro-American musicians during the last 60 years, even though the effective practices might differ substantially between the two groups: on one side (Lewis uses the term “Eurological”) conceptual processes based on writing scores and interpretating them, on the other side (Lewis uses the term “Afrological”) a direct approach to sound production through improvisation (among other things) on instruments or other sound sources.

In March 2017, a new station was created: « The Bridge ». This is a transcript of an encounter organized by Alexandre Pierrepont, on the occasion of the concert of the ensemble The Bridge #4 at the Périscope in Lyon, on Thursday October 6, 2016, between musicians of this group (Julien Desprez, Rob Mazurek) and PaaLabRes musicians (Jean-Charles François, Gilles Laval and Nicolas Sidoroff). The members of the Shore to shore (The Bridge #4) who played in this concert were: Mwata Bowden, Julien Desprez, Matt Lux, Rob Mazurek et Mathieu Sourisseau. Following his research on A.A.C.M., the anthropologist Alexandre Pierrepont organized the Bridge, several ensembles mixing musicians from Chicago and French musicians, touring in the United Stated and in France and producing recordings. During the encounter, the musicians discussed their conceptions of the improvisation practice, the questions of sound creativity in playing instruments, of collective creation, the problems of recording sessions, the confrontation between cultures and musical education. A pdf in English is available in the station.

In October 2019, a new station was created: « Timbre ». It includes the French version of an article by Jean-Charles François already published in English in 2015, with the title “Improvisation, Orality, and Writing Revisited” in Perspectives of New Music (Vol. 53 N°2). The French title is: “Revisiter la question du timbre”. For the author, the question of the immediate sound production is today at the core of improvisation practices. The control over timbre in its minute details belongs essentially to the creativity of the instrumentalist or vocalist. Description or graphic representation (or even digital sampling) of the realities of such sound production practices remains extremely problematical.

Access to stations:

NOMADE | GEORGE LEWIS “AFTERWORDS” | THE BRIDGE | ORALITÉ | TIMBRE |

 

Line  “Artistic Research” 

Reflexive practice, experimentation, tinkering about, often considered as informal activities, are here gathered under the ambitious label of “artistic research”. At the junction between the line “Projects and Actions” and “Artistic Research”, we find the station « The artistic turn ». It contains a summary of the book by Kathleen Coessens, Darla Crispin and Anne Douglas, The Artistic Turn, A Manifesto, published by the Orpheus Institute, Ghent, Belgium. The Orpheus Institute is an international research center devoted to artistic research particularly associated with musical practices. The three authors have worked within the Orpheus Reserach Centre in Music (ORCIM). The preface of the book has been written by Jeremy Cox, general director of the Association Européenne des Conservatoires and ex-dean of the Royal College of Music in London.

In the station « Débat » there is the transcript of an encounter and debate on artistic research. On November 2, 2015, the Research Center of the Cefedem Rhône-Alpes (now: Auvergne Rhône-Alpes) and the Collective PaaLabRes organized a discussion session on questions related to artistic research. The theme of this imaginative and dynamic evening, was based on two questions: how to define, conceive, develop artistic research? And why? On the basis of several texts of reference, issues were debated on this notion of artistic research today in institutions of higher education as well as in informal settings. Many artists carry out some kind of research in their production or educational activities, while staying deliberately silent on its outcome. The function of this debating station is to create a discussion forum with a wide call for contributions on the definitions of artistic research.

Access to the stations:

EXPÉRIMENTAL | ORALITÉ | THE ARTISTIC TURN | DEBAT |

 

Line  “Projects and Actions” 

This line should play an important role in the future of the PaaLabRes publication, in order to create a data base rich in experiences and opening the way for comparison between agencies and procedures.

At the station « Gunkanjima », you will find a text by Noémi Lefebvre on a project by Gilles Laval involving Japanese and French musicians. For Gilles Laval, the history of Gunkajima, an island off Nagasaki, linked to issues of energy and ecology, is “a metaphor of a world of short term profits, in which  absurdity runs alongside the forced labor and also certainly the gaiety, surely the carefree life, in any case the resignation or something like that”. Gilles Laval plays electric guitar and develops in Lyon a multitude of experimental projects, he is the head of the Rock department at the ENM of Villeurbanne (Music, danse and drama school). Noémi Lefebvre published recently her third novel and, as a Political Sciences scholar, she carries out research on music and she works at the Cefedem AuRA as head of research. They are both members of PaaLabRes.

Access to the stations:

THE ARTISTIC TURN | ÉCOLOGIE DES PRATIQUES | TRANSVERSAL | GUNKANJIMA |

 


For this PaaLabRes’ map Edition (2016): list of Contributors and of Itineraries-Songs

Go to the English Global EDITORIAL, to the English “Graphic Scores” EDITORIAL (2017)

 

Liste des activités PaaLabRes

Page d’informations
sur les activités PaaLabRes
2011-2019

Nous les avons rangées dans quatre grandes catégories :

  • Les publications, dont le site internet
  • Les actions publiques qu’elles soient de type communication, performance verbale, sonore, concert, festival, atelier, etc.
  • Des sessions de travail
  • Et celles en lien avec PaaLabRes (pas explicitement portées par le collectif mais associant des membres de PaaLabRes)

Année 2010-11

Avril 2011
En acte : Finalisation du premier texte présentant PaaLabRes
Mai 2011
En acte : Concert du trio d’improvisation PFL Traject (Pascal Pariaud, Jean-Charles François, Gilles Laval) au Souffle Continu à Paris.

Année 2011-12

Sept. 2011 – Avril 2012
En acte : Ateliers d’improvisation par PFL Traject (Pascal Pariaud, Jean-Charles François, Gilles Laval) au CFMI de Lyon.
Janvier – Mai 2012
En acte : Résidence du trio d’improvisation PFL Traject au Centre André Malraux de Vandœuvre-Lès-Nancy. Ateliers d’improvisation avec le CRR de Nancy (musique et danse), de Vandœuvre-Lès-Nancy, et de la Maison des Arts de Lingolsheim en Alsace.
Concerts dans le cadre du Festival Musique-Action (16 mai 2012) et Lingolsheim (18 mai 2012).
19-21 janvier 2012
En acte : Journées PaaLabRes à la MLIS Villeurbanne, 1ère édition
(Maison du Livre, de l’Image et du Son).
Jeudi 19 janvier
Présentation avant le concert de Qwat Neum Sixx
Vendredi 20
Performance PaaLabRantesques, signature d’un acte de naissance
Samedi 21 matin
Ateliers ouverts à tou·tes de manipulation sonores (“Cabane à sons” par Agnès Moyencourt, “Movicscore” par Nicolas Sidoroff)
Samedi après-midi
Expériences artistiques à partager : regarder, faire, écouter, parler (cellule PaaLabRes, Spirojki, #flam)
19 mars 2012
En acte : Session PaaLabRes au départ d’une traduction : « L’inscription corporelle de l’esprit » de David Borgo (le chap. 3 de son livre Sync or Swarn) par Jean-Charles François.
27 avril 2012
En acte : Session PaaLabRes sur la notation et la représentation.

Année 2012-13

Octobre 2012 – Juin 2013
En acte : Rencontres mensuelles du groupe PaaLabRes d’expérimentation sur les protocoles d’improvisations (Jean-Charles François, Laurent Grappe, Karine Hahn, Gilles Laval, Pascal Pariaud, Gérald Venturi).
1er octobre 2012
En acte : Session PaaLabRes au départ du mémoire de recherche en Master Sciences de l’Éducation de Samuel Chagnard, « Modèle de pratique et pratique du modèle en conservatoire – Un musicien, c’est fait pour jouer ».
10 novembre 2012
En acte : Session PaaLabRes avec Clément Cannone au départ de ces travaux sur la Collective Free Improvisation (CFI).
22 février – 16 mars 2013
En acte : Journées PaaLabRes à la MLIS Villeurbanne, 2e édition
(Maison du Livre, de l’Image et du Son).
Exposition « L’objet artistique hybride » : vernissage et plusieurs visites guidées de l’exposition dans le mois se terminant par deux Journées PaalabRes.
Vendredi 15 mars
Concertation concertante #1 avec « Tuyaux en direct », par Pascal Pariaud et Guillaume Dussably ; « Harpe documentée/taire » installation et performance par Karine Hahn ; « Un musicien, c’est fait pour jouer » conférence gesticulée de Samuel Chagnard ; « 6 mai 2010 minuit » film sur Otomo Yoshihide par Sam Harfouche et Marc Siffert ; « Son nombre est rose » performance par Carole Rieussec et Enna Chaton ; « Textes italiens » par Guigou Chenevier, Cyril Darmedru et Nico Geny.
Samedi 16 matin
Ateliers ouverts à tou·tes (“Poésies sonores” par Jean-Charles François, “Geste, musiques et partitions quotidiennes” par Pascal Pariaud, “Manipulation d’objets visuels et sonores, pâte à modeler” par Nicolas Sidoroff).
Samedi après-midi
Concertation concertante #2 avec « C9H13NO3 d’après Adrénaline d’Hugues Reip, I, II et III » performance par Laurent Fléchier, Agnès Moyencourt, Nicolas Sidoroff et Gérald Venturi ; « GPFL Interconnect » démonstration-improvisation par Laurent Grappe et PFL Traject (Pascal Pariaud, Jean-Charles François et Gilles Laval) ; « Oh fil des ondes ! » intervention interactive avec le public par Lucio Recio ; « "expériences d’écoute" avec les lieux, les acoustiques et les environnements sonores » MORGE par Mathias Forge.
Samedi après-midi
Café-PaaLabRes avec « à quoi sert le théâtre musical ? » conférence-performance de Jean-Charles François ; « Partitions graphiques de Fred Frith » par des élèves de l’ENM de Villeurbanne ; discussion avec le public.
Samedi soir
Poésie sonore avec Cosima Weiter pour la sortie de son disque Ici sur le label du GMVL.
Mars 2013
En acte : Publication de PaaLabRes, « Pratiques Artistiques en Actes, LABoratoire de REcherches Sur les pratiques nomades et transversales », dans Revue&Corrigée (surface écrite des pratiques sonores expérimentales) n°95, mars 2013, pp. 20-24 (carte blanche 1/4).
10 mai 2013
En acte : Session PaaLabRes sur les travaux d’Alain Savouret dans son livre Le solfège de l’audible.
Juin 2013
En acte : Publication de PaaLabRes, « Deuxième édition des journées à la Maison du Livre de l’Image et du Son 15-16 mars 2013 », dans Revue&Corrigée n°96, juin 2013, pp. 26-32. (carte blanche 2/4).
Juillet 2013
En acte : Participation de Jean-Charles François au colloque Deep Listening Conference, Troy (USA), présentation de « Improvisation workshops in Eastern France, 2012 ».

Année 2013-14

Septembre 2013
En acte : Publication de PaaLabRes, « Deuxième édition des journées II, Sur le thème de l’objet artistique hybride, Contenu de diverses présentations, ateliers & débats », dans Revue&Corrigée n°97, sept 2013, pp. 20-28 (carte blanche 3/4).
Sept. 2013 – Juin 2014
En acte : Projet « MooM (Olivier Messiaen non-rétrogradable, ou Multiple-orchestre olivier Messiaen) » porté par Gilles Laval et Nicolas Sidoroff avec Pham Trong Hieu et Franck Testut, dans le cadre de l’ENMDAD de Villeurbanne. Un des itinéraires est chanté depuis cette activité.
Décembre 2013
En acte : Publication de Nicolas Sidoroff et Gérald Venturi, « PaaLabRes : À propos d’Adrénaline, 16 mars 2013 », dans Revue&Corrigée n°98, décembre 2013, pp. 14-19 (carte blanche 4/4).
17 janvier 2014
En acte : Journées PaaLabRes à la MLIS Villeurbanne, 3e édition
(Maison du Livre, de l’Image et du Son).
Co-Loc/actions, actes artistiques et participation du public, avec le GRAC (Groupe Recherche-Action).
Différents PaalabrAteliers et autres Ethnogra(c)phies : « Recueil de “morceaux d’éthiques” » animé par Laetitia Overney, Amandine Guilbert & Rémi Eliçabe ; « Viens parler de ma harpe pour en jouer » par Karine Hahn ; « Addict a phone » par Gilles laval & Laurent Grappe ; « Dessinons les sons ! » par Nicolas Sidoroff & Gérald Venturi.
Et une publication gesticulée : « Bonsoir Clermont ! » par Samuel Chagnard ; et une vidéo accompagnée « Rencontres hétérogènes, co-constructions sonores » par PFL Traject (Pascal Pariaud, Jean-Charles François & Gilles Laval).
16 février 2014
En acte : Assemblée Générale Constitutive de l’association PaaLabRes
« Objet : créer un laboratoire de recherches sur les pratiques nomades et transversales ; construire une documentation, écrire et publier sur différents supports, traduire et travailler au niveau national et francophone en relation avec des partenaires européens et internationaux, confronter des pratiques diversifiées, élaborer des événements culturels, organiser des rencontres, séminaires, conférences, etc. »
27 février – 10 avril 2014
En acte : Ateliers sonores « Tag en son », MLIS Fête du Livre Jeunesse 2014
Séances par Laurent Grappe et Nicolas Sidoroff (27 fév, 21 et 28 mars, 4 avril), présentation dans le cadre de la Fête du livre le 10 avril 2014), avec une classe de CM2 de l’École Émile Zola de Villeurbanne.

Année 2014-15

20-22 novembre 2014
En acte : Présentations aux JFREM 2014 (Journées Francophones de Recherche en Éducation Musicale) au Cefedem AuRA :

  • Samuel Chagnard : « Les conditions de félicité de la pratique musicale en conservatoire : ce que "faire de la musique" veut dire », voir l’article en pdf
  • Jean-Charles François, Pascal Pariaud, Gilles Laval (PFL) : « Rencontres, co-construction de sonorités et élaboration collective de la présentation publique : projet Musique Action 2012 », voir l’article en pdf
  • Philippe Genet, Pascal Pariaud, Gérald Venturi : « L’école par l’orchestre – expérience à Villeurbanne »
  • Nicolas Sidoroff : « Deux exemples de pratiques musicales au crible de l’éducation populaire », voir l’article en pdf
Février – Mars 2015
En acte : Tournée du trio d’improvisation PFL Traject (Pascal Pariaud, Jean-Charles François, Gilles Laval) aux Etats-Unis : concerts et ateliers à l’Université Columbia, New York, à la Manhattan School of Music, New York, à l’Université de New York, à la Firehouse, Brooklyn, à l’Université de Californie San Diego, à l’Université de Californie Santa Barbara, au Mills College, Oakland, au Center for new Music, San Francisco et à l’Université Stanford, Palo Alto.
Été 2015
En acte : Publication de Jean-Charles François « Improvisation, Orality, and Writing Revisited » dans Perspectives of New Music, vol. 53 n°2, pp. 67-144.
Publication de la traduction française dans le site paalabres.org (Édition 2016, station “Timbre”).
Juillet 2015
En acte : Concert du trio d’improvisation PFL Traject à l’Exploratorium, Berlin.

Année 2015-16

18 août 2015
En acte : Rencontre PaaLabRes avec Maguy Marin.
13-14 février 2016
En acte : Premier week-end de rencontre danse-musique au Ramdam, Ste Foy-Lès-Lyon. Il s’agit d’un projet de recherche artistique en vue de développer des outils pratiques communs à la danse et à la musique. Un certain nombre de danseur·ses sont associé·es à Ramdam, notamment à la Compagnie Maguy Marin ; les musiciens font partie du collectif PaaLabRes élargi.
Mai 2016
En acte : Publication de la première édition du site paalabres.org « Plan PaaLabRes ».
 
En acte : Publication de Jean-Charles François, « Introducing the Collective PaaLabRes in Lyon/France » dans la revue de langue allemande Improfil, Theorie und Praxis improvisierter Musik N°79, Berlin, pp. 62-64.
7-8 mai 2016
En acte : Deuxième week-end de rencontre danse-musique au Ramdam.

Année 2016-17

Août 2016
En acte : Participation de Gilles Laval (sur scène) et Nicolas Sidoroff (chercheur associé) à la création de Maguy Marin pour le spectacle Passion(s) autour de la Passion selon St Matthieu de Jean-Sébastien Bach.
Sept. 2016 – Juillet 2017
En acte : Projet “100 guitares sur un bateau ivre”, création de Gilles Laval au départ de l’océan et d’Arthur Rimbaud pour 100 guitaristes électriques réparti·es sur une place (co-production Chef Menteur, les Ateliers Frappaz, l’ENMDAD de Villeurbanne). Le site internet ressource pour les participant·es est construit avec Nicolas Sidoroff et hébergé sur le site de PaaLabRes.
9 septembre 2016
En acte : Rencontre avec Joe Tornabene, musicien improvisateur.
6 octobre 2016
En acte : Rencontre à l’initiative d’Alexandre Pierrepont au Périscope (Lyon) entre The Bridge #4 (Julien Desprez, Rob Mazurek) et PaaLabRes (Jean-Charles françois, Gilles Laval, Nicolas Sidoroff).
Publication de cette rencontre le 20 mars 2017 dans le site paalabres.org (Édition 2016, station « The Bridge »).
26-27 novembre 2016
En acte : Troisième week-end de rencontre danse-musique au Ramdam.
17 janvier 2017
En acte : Conférence à l’Université de Californie Irvine. Présentation du site paalabres.org par Jean-Charles François, suivie d’un atelier d’improvisation avec les étudiants.
4-5 février 2017
En acte : Quatrième week-end de rencontre danse-musique au Ramdam. Invitations à l’artiste plasticien Christian Lhopital et au musicien Joe Tornabene.
24 mars 2017
En acte : Invitation de Nicolas Sidoroff par Marie Preston pour décrire les interactions durant un très court moment de création colective d’un morceau de musique par 5 personnes. Diffusion dans la session #7 de l’émission de radio “Radius” [4’15-25’25] de Christian Nyampeta, dans le cadre de l’exposition “Vocales” (février-avril 2017 au CAC de Bretigny).
25-26 mars 2017
En acte : Cinquième week-end de rencontre danse-musique au Ramdam. Invitations à la danseuse Anan Atoyama et au comédien, musicien et danseur David Mambouch.
26 juin 2017
En acte : Rencontre avec Rob Mazurek, musicien et artiste plasticien.

Année 2017-18

5-6 août 2017
En acte : Participation de Jean-Charles François aux rencontres du CEPI (Centre Européen Pour l’Improvisation) organisées par Barre Phillips à Puget-Ville, avec la présence d’improvisateur·ices d’Allemagne, d’Italie et de France. Présentation du site paalabres.org.
14-16 septembre 2017
En acte : Présentation de « Protocols and schemes of action in collective invention in improvisation » par Jean-Charles François dans le cadre du colloque Tracking the Creative Process à l’Université d’Huddersfield (Angleterre).
13 octobre 2017
En acte : Première journée du séminaire-atelier organisé par le groupe de recherche en art sonore et en musique expérimentale l’Autre Musique (Institut ACTE – UMR 8218 – Université Paris 1 Panthéon Sorbonne – CNRS – Ministère de la Culture) « Observer, conserver » (Jean-Charles François).
16 novembre 2017
En acte : Concert avec Rob Mazurek dans le cadre de son exposition « Constellation Scores » de sérigraphies à l’URDLA, Villeurbanne (avec Anan Atoyama, Samuel Chagnard, Jean-Charles François, Gilles Laval, Pascal Pariaud, Gérald Venturi, Nicolas Sidoroff).
20-22 novembre 2017
En acte : Présentation de « Nomadic and Transverse Artistic Practices » par Jean-Charles François, au colloque « Aberrant Nuptial » (Dare 2017) sur Gilles Deleuze et la recherche artistique à l’Institut Orpheus de Gand (Belgique).
Novembre 2017
En acte : Publication de la deuxième édition du site paalabres.org « Carte PaaLabRes : Partitions graphiques ».
30 novembre 2017
En acte : Réunion du groupe des rencontres danse-musique pour faire le bilan des 5 week-ends au Ramdam.
21 décembre 2017
En acte : Deuxième journée d’étude du séminaire de l’Autre Musique (Université Paris 1), « Former, Transformer » au Cube, Centre de création numérique, Issy-les-Moulineaux (Nicolas Sidoroff).
17 janvier 2018
En acte : Deuxième réunion de bilan du groupe danse-musique au Ramdam.
7 février 2018
En acte : Réunion du groupe des rencontres danse-musique pour visionner les vidéos des 5 week-ends au Ramdam.
6 mars 2018
En acte : Deuxième réunion du groupe des rencontres danse-musique pour visionner les vidéos des 5 week-ends au Ramdam.
14 mars 2018
En acte : Troisième journée d’étude du Séminaire-atelier de l’Autre Musique, Université Paris 1, « Donner, Ordonner ». Atelier collectif animé par Jean-Charles François et Nicolas Sidoroff sur les partitions graphiques et les protocoles d’improvisation.
15 mars 2018
En acte : Soirée « Extended scores » organisée par l’Autre Musique, au Cube, Centre de création numérique, Issy-les-Moulinaux. « PaaLabRes remix », conférence-performance par Jean-Charles François et Nicolas Sidoroff (voir une captation vidéo sur la chaine consacrée à la soirée).
22-24 mars 2018
En acte : Présentation de « Graphic Scores as tools for learning and playing through some form of artistic research » par Jean-Charles François et Nicolas Sidoroff, au colloque EPARM 2018 (European Platform for Artistic Research in Music) organisé par l’AEC – Associations Européenne des Conservatoires, à Porto, Portugal.
7 avril 2018
En acte : Participation de Jean-Charles François et Nicolas Sidoroff à la journée de Recherche Action Publique publics, « Fabricologis » organisée par Défluences, à Bricologis, Vaux-en-Velin.

Année 2018-19

Sept. 2018 – Juin 2019
En acte : Deuxième escale à Avignon des “100 guitares sur un bateau ivre”, création de Gilles Laval au départ de l’océan et d’Arthur Rimbaud pour 100 guitaristes électriques réparti·es sur une place (co-production Chef Menteur, Inouï productions, Arts Vivants en Vaucluse, vile d’Avignon, cordes Savarez). Le site internet ressource pour les participant·es est actualisé avec Nicolas Sidoroff et toujours hébergé sur le site de PaaLabRes.
7-9 septembre 2018
En acte : Participation de Jean-Charles François aux rencontres du CEPI (Centre Européen Pour l’Improvisation) organisées par Barre Phillips à Puget-Ville, avec la présence d’improvisateur·ices danse et musique de Suisse, d’Allemagne, d’Italie et de France.
Décembre 2018
En acte : Publication de deux articles de Jean-Charles François dans Improfil, Theorie und Praxis improvisierter Musik N°81, Berlin : a) « PaaLabRes 2017 Map: Graphic Scores » ; b) « Report on Three Recent Conferences ».
21-22 février 2019
En acte : Présentation de « Multiplicity of Agency in the Arts – Ownership and Usership » par Jean-Charles François, au séminaire « From Authorship and Spectatorship to Useship in Music » à l’Institut Orpheus de Gand (Belgique).
26 avril 2019
En acte : Rencontre avec Yves Favier, tromboniste, directeur technique de l’ENSATT (École Nationale Supérieur des Arts et Techniques du Théâtre) à Lyon, et Gyorgy Kurtag, compositeur et improvisateur, coordinateur art/sciences au SCRIM (Studio de Création et de Recherche en Informatique et Musiques Expérimentales) à Bordeaux, et PaaLabRes (Jean-Charles François, Gilles Laval et Nicolas Sidoroff).

Année 2019-20

6 août 2019
En acte : Rencontre avec Cecil Lytle, pianiste, ex-Provost (directeur) du Thurgood Marshall College, Université de Californie San Diego et PaaLabRes (Jean-Charles François et Nicolas Sidoroff).
3 septembre 2019
En acte : Rencontre avec Vlatko Kučan, clarinettiste, improvisateur, Musikhochschule de Hambourg, et Reinhard Gagel, pianiste, improvisateur, Exploratorium à Berlin, et PaaLabRes (Samuel Chagnard, Jean-Charles François, Karine Hahn, Gilles Laval, Pascal Pariaud, Nicolas Sidoroff et Gérald Venturi).
6-8 septembre 2019
En acte : Participation de Jean-Charles François et Gilles Laval au CEPI (Centre Européen Pour l’Improvisation) à Valcivières en Haute-Loire, rencontres d’improvisation danse et musique sous l’impulsion de Barre Phillips. Conférence de Jean-Charles François  « La recherche artistique et l’improvisation ».

Editorial 2016

English Editorial


Plan PaaLabRes (2016)
Pratiques Artistiques en Actes, LABoratoire de REchercheS

Sommaire

Guide 2016
Ligne « Cartographie PaaLabRes »
Ligne « Politique »
Ligne « Improvisation »
Ligne « Recherche artistique »
Ligne « Compte-rendu de pratiques »
mini-Plan PaaLabRes, édition 2016

 

L’Édition 2016 se présente comme un plan de métro, composé de cinq lignes. Chaque ligne représente un aspect important des préoccupations du collectif PaaLabRes :  Cartographie PaaLabRes ,  Politique ,  Improvisation ,  Recherche artistique  et  Compte-rendu de pratiques .

En voici le mode d’emploi…

 

Guide 2016

L’Édition 2016 comporte 18 textes (parfois des voix parlées enregistrées, parfois des textes animés sous forme de vidéos). On peut y accéder en cliquant sur chacune des 18 stations du métro.

Et l’édition 2016 comporte 72 extraits d’objets artistiques (enregistrements audio, vidéos, images, textes animés) réalisés par 36 artistes. Ces objets artistiques, que nous appelons « Itinéraires-chants », se trouvent placés entre les stations de la ligne centrale  Cartographie PaaLabRes . Pour y accéder il faut cliquer sur une des stations de cette ligne centrale et lire (ou ne pas lire) le texte. Sur la droite du texte (ou en dessous du texte) se trouve un plan de la ligne centrale bleue. On peut cliquer sur n’importe quelle station sur ce plan et un Itinéraire-chant apparaîtra qui vous mènera agréablement vers la station sélectionnée. Un générique décrivant l’itinéraire-chant apparaît à la fin de l’extrait avec le titre et le nom (ou les noms) des artistes. Il y a 9 stations sur cette ligne, ce qui donne 72 possibilités de parcours entre deux stations.
Voir la liste des itinéraires-chants et la liste des contributeur·ices 2016.

 

Ligne de métro  « Cartographie PaaLabRes » 

Au centre de ce plan de métro se trouve une ligne circulaire, qui est là en quelque sorte pour fonder notre démarche PaaLabRes. Les stations de cette ligne représentent les neuf concepts qui nous paraissent importants : « Nomade », « Transversal », « Expérimental », « Discipline », « Praxis », « Musique à faire », « Opérations culturelles », « Oralité », « Écologie des pratiques ». Chaque station de cette ligne est reliée à toutes les autres par des « Itinéraires-Chants ». Le lecteur choisit une des stations-concepts, peut en lire le texte, le parcourir ou l’ignorer, puis, choisissant n’importe quelle autre station-concept est mis en présence d’un « Itinéraire-Chant » (texte, enregistrement sonore, vidéo, graphisme, etc.) qui va l’emmener de manière artistique à cette nouvelle station. Cette procédure peut se répéter autant de fois que le lecteur/auditeur le souhaite. Il y a 72 « Itinéraires-Chants » reliant les 9 stations-concepts. Ces Itinéraires-Chants ont été élaborés par les membres du collectif PaaLabRes, et diverses personnalités appartenant au second cercle du collectif en France et dans le monde. Cela correspond à notre volonté de créer un véritable réseau d’artistes et de chercheurs partageant nos objectifs.

Cette idée de ligne circulaire centrale s’inspire de la pratique des aborigènes d’Australie. Le philosophe Daniel Charles ouvre son chapitre sur les « Musiques nomades » (en citant Bruce Chatwin), par une description des pratiques traditionnelles de ces aborigènes qui consistent à ne pas séparer leurs chants ou poésies d’itinéraires allant d’un endroit identifié à un autre :

L’Australie est ainsi couverte d’un réseau de pistes qui en font virtuellement […] une partition musicale. Ces pistes ne sont pas tracées sur le sol comme des sentiers ou des chemins, et elles restent invisibles à l’étranger. Il y a des points de repères – un rocher, une colline, un point d’eau, un banc de sable… – qui sont des sites sacrés, liés à d’autant d’épisodes mythologiques, et le chant ou poème conduit de site en site, en mesurant la distance qui les sépare. Le chant est itinéraire et l’itinéraire le chant.
Daniel Charles, Musiques nomades, Paris : éd. Kimé, 1998, p. 218. Bruce Chatwin, The Songlines, Londres : Cape, 1987 ; Le Chant des pistes, trad. par J. Chabert, Paris : Grasset et Fasquelle, 1988.

Ainsi de manière similaire et nomadique, la ligne centrale s’organise en « sites » conceptuels – les notions importantes qui définissent le groupe PaaLabRes – et en itinéraires-chants qui assurent la traversée d’un site à l’autre.

Accès aux stations :


 

 

Ligne de métro  « Politique » 

Une des préoccupations principales du collectif concerne la position de l’artiste aujourd’hui dans la société mondialisée (ou éminemment localisée) et du caractère forcément politique de ce positionnement. En mettant l’accent sur les pratiques plutôt que sur ce qui en résulte (les œuvres), le caractère politique des interactions entre participants ne peut pas être évité : questions relatives à l’accès aux pratiques, aux hiérarchies, à la participation à un contexte démocratique, au degré d’autodétermination des groupes en présence, etc. Il s’agit moins de développer la communication de postures politiques, ou de penser bousculer les structures existantes, que de prendre conscience du caractère politique et social des actes artistiques, dans leurs manières particulières d’interagir avec les autres. Une ligne de métro « Politique » a donc été créée.

Dans la station « Musique, recherche et politique », un texte à vignettes de Karine Hahn et Nicolas Sidoroff mixe principalement les recherches de Karine sur les pratiques musicales d’un village de la Drôme, et d’autre part celles de Nicolas sur l’éducation populaire et ses possibles déclinaisons dans le domaine de la musique. Des vignettes plus ou moins longues, plus ou moins anecdotiques viennent résonner-raisonner…

Une autre station de cette ligne « IO+IOU » contient aussi deux textes parallèles : un texte du compositeur et chercheur américain Ben Boretz, I / O, datant de 2001, portant sur une comparaison des pratiques musicales entre « poésie » et « politique », auquel répond un texte de Jean-Charles François, IOU, écrit en 2015 pour les 80 ans de Boretz reprenant les éléments textuels de l’original en transformant « poésie » par « poïesis » et « politique » par « praxis ». Un enregistrement de la version française a été réalisé avec les voix de Monica Jordan, Nancy François, Dan Haffner et Jean-Charles François. Cet enregistrement est accompagné d’un diaporama qui anime les deux textes pendant qu’ils sont parlés. Une version pdf est aussi proposée présentant les deux textes sur deux colonnes séparées et juxtaposant sur la même page les éléments correspondants de chaque texte. Ben Boretz est l’éditeur fondateur de la revue Perspectives of New Music depuis 1963, publication de recherche aux Etats-Unis centré sur la musique contemporaine. Il a aussi développé une publication Open Space Magazine (espace ouvert) dans laquelle se trouve mêlé des articles de recherche avec des textes poétiques ou expérimentaux, des récits d’expérience, des textes critiques, des partitions et des enregistrements sur CD. Il a paru important dans cette première version de notre publication électronique de faire référence à une démarche éditoriale très proche de ce que nous voulons promouvoir.

La ligne « politique » inclut aussi une station « La culture au pluriel » : il s’agit d’un texte slamé de Jean-Charles François portant sur un extrait du livre de Michel de Certeau, La culture au pluriel (Paris : Christian Bourgois Éditeur, 1980 (1974, 1993), pp. 233, 234, 235, 241). Michel de Certeau considérait que la culture au pluriel était « sans cesse un combat » à mener. La diversité des styles, des cultures et des catégories artistiques est un des aspects importants des positions du collectif PaaLabRes, qui regroupe en son sein des représentants de plusieurs expressions musicales et artistiques (classique, musique contemporaine, instruments anciens, jazz, musiques actuelles amplifiées, improvisation, littérature, musique traditionnelle,…).

Accès aux stations :

| IO + IOU | PRAXIS | GEORGE LEWIS « AFTERWORDS » |
OPÉRATIONS CULTURELLES | LA CULTURE AU PLURIEL | MUSIQUE, RECHERCHE ET POLITIQUE |

 

Ligne de métro  « Improvisation » 

Depuis la création de l’espace numérique (juin 2016), cette ligne comporte une station qui croise la ligne  « Politique »  : une traduction française d’un article du compositeur et improvisateur américain George Lewis, « Afterwords », Postface à « La musique improvisée après 1950 » : Le pareil qui change.
George Lewis est professeur à l’Université Columbia à New York et il est une figure très importante de la recherche sur l’improvisation et l’informatique musicale. Il est issu de l’AACM ou L’Association for the Advancement of Creative Musicians (Association pour la promotion des musiciens créatifs). L’AACM a été fondée à Chicago en 1965 autour du pianiste Muhal Richard Abrams. L’AACM a été un lieu de rencontre, de formation et de promotion des musiciens afro-américains. L’AACM a encouragé et soutenu beaucoup de musiciens de jazz : citons Anthony Braxton, Jack DeJohnette, Chico Freeman, Wadada Leo Smith, Leroy Jenkins, et le Art Ensemble of Chicago (Lester Bowie, Roscoe Mitchell, Joseph Jarman, Famoudou Don Moy et Malachi Favors). Voir l’article en français de Pierre Carsalade et Alexandre Pierrepont, « Georges Lewis, A Power Stronger than Itself : the AACM and American Experimental Music », Volume / 8 : 2, 8 février 2011, p. 280-293 (en ligne). C’est autour de l’histoire de l’ AACM que George Lewis vient d’écrire un opéra Afterword qui a été produit au festival de musique contemporaine de Huddersfield (Angleterre) en novembre 2015. George Lewis est aussi connu en France pour avoir été en résidence à l’IRCAM pendant les années 1980. L’article que nous publions porte sur une revendication des musiciens issus de l’AACM d’être reconnus au même titre que John Cage et les musiciens qui lui sont associés comme faisant partie de la musique expérimentale, tout en soulignant combien les pratiques effectives de ces deux groupes ont été différentes : d’un côté une approche directe de production sonore (improvisation entre autres choses) sur des instruments ou sources sonores, de l’autre des processus conceptuels basés sur l’écriture de partitions et sur l’interprétation de celes-ci.

En mars 2017, une nouvelle station voit le jour : « The Bridge ». Il s’agit d’une rencontre organisée à l’initiative d’Alexandre Pierrepont, à l’occasion du concert de l’ensemble The Bridge #4 au Périscope à Lyon, le jeudi 6 octobre 2016, entre des musiciens de ce groupe (Julien Desprez, Rob Mazurek) et des musiciens de PaaLabRes (Jean-Charles François, Gilles Laval et Nicolas Sidoroff). Les membres de Shore to shore (The Bridge #4) qui ont joué dans le concert du Périscope sont : Mwata Bowden, Julien Desprez, Matt Lux, Rob Mazurek et Mathieu Sourisseau. Suite à ses recherches sur l’AACM, l’anthropologue Alexandre Pierrepont a organisé, dans le projet du Bridge, plusieurs ensembles mélangeant des musiciens originaires de Chicago et des musiciens français, avec des tournées aux Etats-Unis et en France et la production d’enregistrements. La rencontre a porté sur la pratique de l’improvisation, sur les questions de la création sonore dans le cadre du jeu instrumental ou vocal, de création collective, des sessions d’enregistrement comme outil réflexif, d’écoute mutuelle, de communication entre improvisateurs, de la rencontre entre les cultures et d’éducation musicale.

En octobre 2019, une nouvelle station voit le jour : « Timbre ». Il s’agit de la version française d’un article de Jean-Charles François publié en anglais en 2015 sous le titre « Improvisation, Orality, and Writing Revisited » par Perspectives of New Music (Vol. 53 N°2). Cette version apparaît ici sous le titre de « Revisiter la question du timbre ». Pour l’auteur, la question de la production immédiate de la sonorité est au cœur aujourd’hui des pratiques de l’improvisation. Le contrôle du timbre dans ses moindres détails appartient d’une manière tout à fait essentielle à l’instrumentiste ou le vocaliste créateur. La description ou la représentation graphique (ou même l’échantillonnage numérique) des réalités de telles pratiques de production sonore reste très problématique.

 

Accès aux stations :

TIMBRE | NOMADE | GEORGE LEWIS « AFTERWORDS » | THE BRIDGE | ORALITÉ |

 

Ligne de métro  « Recherche artistique » 

La pratique réflexive, l’expérimentation, le bricolage, souvent considérés comme non-formels, sont ici regroupés sous la rubrique ambitieuse de « recherche artistique ». À la jonction de la ligne « recherche artistique » et de la ligne  « compte-rendu de pratiques »  se trouve la station « The artistic turn ». Il s’agit d’un résumé du livre de Kathleen Coessens, Darla Crispin et Anne Douglas, The Artistic Turn, A Manifesto. Ces trois artistes ont en commun d’occuper des postes universitaires et de mener de front leurs pratiques artistiques et les recherches formelles qui y sont associées. Le résumé est en français à partir du texte original en anglais. Cet ouvrage a été publié par le Orpheus Institute de Gand en Belgique. L’Orpheus Institute est un centre international dont l’objectif principal est la recherche artistique associée à la pratique musicale et principalement déterminée par des objectifs artistiques. Les trois auteures sont associées au sein de cet institut à l’Orpheus Reserach Centre in Music (ORCIM) qui regroupe en son sein une quinzaine d’artistes-chercheurs menant des recherches à un haut niveau. L’ouvrage est accompagné d’une préface de Jeremy Cox, directeur général de l’Association Européenne des Conservatoires et ancien doyen du Royal College of Music de Londres.

La station « Débat » consiste en un compte-rendu d’une rencontre-débat sur la recherche artistique, organisée conjointement par le Cefedem Rhône-Alpes (aujourd’hui Auvergne Rhône-Alpes) et le collectif PaaLabRes. Cette séance de travail a eu lieu le 2 novembre 2015 en présence de musiciens, artistes et chercheurs en sciences humaines, proches ou membres des deux groupes organisateurs. Il s’agissait, à partir de plusieurs textes, dont le résumé de l’Artistic Turn, de faire un premier tour de table pour définir les questions qui se posent dans l tous les domaines artistiques aujourd’hui face à cette idée de la recherche non seulement dans le contexte des institutions universitaires ou des laboratoires légitimement reconnus, mais aussi de manière très souvent silencieuse dans les lieux de production ou d’enseignement artistique. La fonction de la station débat est de créer un forum de discussion PaaLabRes avec un appel très large à des contributions d’utilisateurs du site.

Accès aux stations :

EXPÉRIMENTAL | ORALITÉ | THE ARTISTIC TURN | DEBAT |

 

Ligne de métro  « Compte-rendu de pratiques » 

Cette ligne devrait jouer un rôle important dans le futur de la publication PaaLabRes, pour constituer une base de données riches en expériences et capable de susciter des comparaisons de dispositifs ou de procédures.

À la station « Gunkanjima », vous trouverez un texte de Noémi Lefebvre sur un projet mené depuis quelques années par Gilles Laval à partir d’une collaboration entre des musiciens japonais et français. Pour Gilles Laval l’histoire de Gunkajima, un îlot au large de Nagasaki, liée à l’énergie et à l’écologie, est « une métaphore d’un monde de profit à court terme, où l’absurdité côtoie le travail forcé et aussi la gaité certainement, l’insouciance sûrement, la résignation en tout cas ou quelque chose de cet ordre là » (cf. Enquête “Meanwhile, in Fukushima”). Gilles Laval est un guitariste électrique qui développe à Lyon une multitude de projets expérimentaux, il est responsable du département Rock de l’ENM de Villeurbanne. Noémi Lefebvre a publié récemment son troisième roman, elle mène des recherches liées à la musique dans le cadre des Sciences Politiques et elle est responsable du Centre de recherche au Cefedem Rhône-Alpes (aujourd’hui Auvergne Rhône-Alpes). Tous les deux sont membres du collectif PaaLabRes.

 

Accès aux stations :

THE ARTISTIC TURN | ÉCOLOGIE DES PRATIQUES | TRANSVERSAL | GUNKANJIMA |

 

Le collectif PaaLabRes — 2016 — 2017
Samuel Chagnard, Jean-Charles François, Laurent Grappe, Karine Hahn,
Gilles Laval, Noémi Lefebvre, Pascal Pariaud, Nicolas Sidoroff, Gérald Venturi.

 


Liste des contributeur·ices 2016 | des itinéraires-chants
Aller à l’ÉDITORIAL général | l’ÉDITORIAL Carte « Partitions graphiques » (2017)

 

Contributeur·ices – Édition 2017

Liste des contributrices et contributeurs
Édition 2017, « Partitions Graphiques »

 

Nous souhaitons remercier les personnes qui ont aidé de manière bénévole à la production de cette nouvelle Édition « Partitions graphiques » en tant que lecteurs, lectrices et correctrices, correcteurs : Anne Baby, Cécile Guiller, Nancy François, Monica Jordan, Pascal Pariaud, Gérald Venturi. Merci à Christian Lhopital pour sa contribution à la présentation graphique de la carte.

 

La production de l’Édition 2017 a été réalisée par Samuel Chagnard, Jean-Charles François et Nicolas Sidoroff.

 

Didier Aschour, guitariste et compositeur qui vit à Montpellier. Soliste engagé dans la musique contemporaine, il a créé de nombreuses œuvres. Il développe un répertoire original tant dans ses travaux sur les musiques microtonales que sur la musique expérimentale. En 1996, il fonde l’ensemble Dedalus consacré aux partitions à instrumentation libre et à la musique minimaliste. En 2007, il rejoint le collectif du Festival Sonorités à Montpellier. Il fait partie du comité de rédaction de la revue Revue&Corrigée.
didier.aschour.free.fr

Elaine Barkin, compositrice, essayiste et performer vivant à Los Angeles (Californie). Elle a enseigné au Queens College (1964-70), à l’Université de Michigan (1970-74), Princeton (1974) et UCLA (1974-97). Elle est membre fondatrice de la publication Open Space et a beaucoup contribué au développement de Perspectives of New Music en tant qu’éditeur et auteur de nombreux articles.
elainerb[chez]ucla.edu

Carl Bergstrœm-Nielsen, compositeur, improvisateur, musicothérapeute. Il enseigne à l’Université de Aalborg au Danemark la musique intuitive et la notation graphique. Il est membre de l’Intuitive Music Group depuis 1990. Depuis 2002, il a développé l’International Improvised Music Archive.
intuitivemusic.dk

Samuel Chagnard, musicien, membre de PaaLabRes, formateur au Cefedem Auvergne Rhône-Alpes, doctorant au Centre Max Weber, équipe « Dispositions, pouvoirs, cultures, socialisations ».
Socialisation(s) musicale(s)

Dominique Clément, compositeur, clarinettiste, membre de l’Ensemble Aleph, directeur adjoint du Cefedem Auvergne Rhône-Alpes.
clementdomi@gmail.com

Jürgen De Blonde, compositeur, artiste sonore depuis plus de 25 ans. Il vit à Gand en Belgique, où il fait partie de l’équipe artistique d’Aifoon. Il a une large ouverture vers toutes sortes de sons et en particulier pour les sons décalés. Instrumentiste multiple jouant dans un large éventail de styles, mais jamais un virtuose à la technique hardcore. Il est versatile et ludique et il aime l’expérimentation et l’improvisation.
aifoon.org

Guillaume Dussably, musicien, spécialiste de la production et des musiques électroniques. Il compose pour la danse, le théâtre, la vidéo. Par ailleurs il est musicien “live” électronique spécialiste de la synthèse sonore dans plusieurs projets musicaux. Il enseigne à l’ENM de Villeurbanne et au Cefedem AuRA.
tangram.asteroache.com

Jean-Charles François, percussionniste, compositeur, membre de PaaLabRes, du trio d’improvisation PFL Traject et de l’Ensemble Aleph.
jeancharles.francois[chez]orange.fr

Bastien Gallet, enseigne la philosophie et la théorie des arts à la Haute école des arts du Rhin. Il a été producteur à France Culture, rédacteur en chef de la revue Musica Falsa et directeur du festival Archipel. Il fut pensionnaire à l’Académie de France à Rome (Villa Médicis) et membre du DICRéAM. Il fut à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon responsable du projet de recherche La Forme des idées. Il dirige aujourd’hui les éditions MF. Son travail est philosophique et romanesque. Il est l’auteur de romans, de livrets d’opéra et de plusieurs essais sur la musique et les arts visuels.

Laurent Grappe, compositeur, musicien. Son travail sur la poésie du son enregistré l’a conduit à composer un certain nombre de pièces électroacoustiques pour lesquelles il crée systématiquement un dispositif spécifique permettant une « mise en scène » du son, que ce soit en direct ou enregistré en amont. Dans ses propositions, il fait intervenir des comédiens, musiciens, plasticiens, voire le public même.
grappelau[chez]gmail.com

Charlène Guillot, musicienne, flûtiste et pianiste, elle a obtenu le DUMI au CFMI de Lyon et poursuit ces études de Master.
charlene.guillot4225[chez]laposte.net

David Gutkin, chercheur musicologue, spécialiste des musiques américaines et européennes du XXe siècle, avec une spécialisation dans les technologies et médiations de la musique (de la notation à la télévision). Il enseigne à l’Université Columbia, New York. Ses intérêts particuliers se portent sur l’opéra et le théâtre musical, l’improvisation expérimentale et le free jazz, la composition post 1945 (sérialisme, minimalisme, spectralisme) et la musique populaire américaine des 40 dernières années.
music.columbia.edu

Claire Haranger-Segui, musicienne éclectique, enseigne à l’Académie Musique et Danse de Miribel et au Cefedem Auvergne Rhône-Alpes.
clairesegui[chez]gmail.com

Collectif Ishtar, créé en 1993. « Le Collectif Ishtar » regroupe des artistes engagés dans les pratiques artistiques expérimentales pluridisciplinaires de l’improvisation libre. Il a toujours développé des projets pluridisciplinaires, invitant des musiciens, de nombreux danseurs, poètes, vidéastes et cinéastes. Il a aussi travaillé sur la question de l’espace de représentation. Le Collectif est basé à Bourg-en-Bresse (Ain). Il est composé de Benoît Cancoin, contrebasse, Tony Di Napoli, pierres sonores / installations, Eddy Kowalski, saxophone et Xavier Saïki, guitares, objets.
collectif.ishtar.free.fr

Monica Jordan, après des études de piano et musicologie au conservatoire de Bucarest, elle obtient les prix d’analyse et d’esthétique au Conservatoire national supérieur de musique de Paris. Titulaire d’une maîtrise d’ethnomusicologie, elle se perfectionne en chant avec Rita Streich, Sena Jurinac, Cathy Berberian, et est lauréate du concours international Gaudeamus de Rotterdam. Elle a enseigné l’analyse de la musique contemporaine à l’École nationale de musique de Créteil. Membre fondatrice de l’Ensemble Aleph. Interprète des classiques du XXe siècle (Berio, Scelsi, Cage, Kurtág, Kagel, Xenakis, Aperghis, Stockhausen), elle effectue, en collaboration avec des compositeurs, des recherches dans le domaine des techniques vocales liées à l’électroacoustique et au théâtre musical.
monica.haffner[chez]gmail.com

Étienne Lamaison, clarinettiste et titulaire d’un Doctorat en Interprétation musicale de l’Université d’Évora (Portugal). Sa thèse s’intéresse à l’interprétation des partitions graphiques non procédurales, c’est-à-dire, celles pour lesquelles ni une temporalité ni un sens de lecture n’est imposée par leur auteur. Il enseigne au Pôle Supérieur de Nantes.
elamaison[chez]sapo.pt

Gilles Laval, musicien, membre de PaaLabRes, du trio d’improvisation PFL Traject, responsable du département rock à l’ENM de Villeurbanne.
gilleslaval[at]free.fr

Noémi Lefebvre, auteur d’une thèse de science politique sur l’enseignement musical et les idéologies nationales en Allemagne et en France (1994), elle s’intéresse, dans le cadre de ses recherches comme dans l’écriture, à la rencontre entre idées politiques et idées sur l’art. Elle responsable du Centre d’études sur l’enseignement et les pratiques musicales au Cefedem AuRA. Elle a publié trois romans. Elle est aussi l’auteur de deux essais sur Maurice Fleuret et Marcel Landowski.
blogs.mediapart.fr/noemi-lefebvre

Christian Lhopital, depuis plus d’une trentaine d’années, il élabore une œuvre fondée essentiellement sur la pratique du dessin, qu’il soit couché sur papier, sur toile ou déployé sur de larges surfaces murales. Il fait naître de ses compositions fluides et complexes un univers foisonnant et poétique, marquée par l’enfance et ses figures récurrentes prenant parfois la forme de projections mentales dont on ne sait si elles procèdent du rêve ou du cauchemar. Le travail de Christian Lhopital paraît animé par la conviction profonde que le dessin recèle un champ infini de possibles et qu’en choisissant de l’exprimer selon de multiples procédés techniques, celui-ci permet les visions les plus personnelles, au confluent de l’intime et d’un questionnement universel sur la condition humaine.
www.dda-ra.org/LHOPITAL

Frederico Llach, musicien de jazz et compositeur classique, originaire de Buenos Aires qui vit en Californie. Sa création musicale combine l’atmosphère intime des concerts avec l’énergie de la musique populaire. Sa palette sonore a été changée radicalement par son expérience des synthétiseurs modulaires et les technologies électroniques, ce qui a influencé ses pièces acoustiques. Il finit ses études de doctorat à l’Université de Californie Santa Barbara et il est le directeur du Now Hear Ensemble.
fredericollach.com

Lucie Marchais, est une jeune dessinatrice originaire du bassin d’Arcachon. Passionnée par le dessin et la musique, elle a trouvé en l’animation un art permettant de concilier les deux. Elle est diplômée à l’école Emile Cohl, et travaille désormais dans le domaine de l’animation 2D. Après une escale en Thaïlande où elle a travaillé en tant qu’animatrice à Cartoon Network, elle est à présent basée sur Lyon où elle continue de développer son univers graphique autour de thématiques anthropologiques inspirées par différentes civilisations.
lucie-marchais.com

Frédéric Mathevet, plasticien et compositeur. Chercheur associé à l’ACTE (UMR 8218) à Paris I (CNRS). Docteur es arts, il est co-rédacteur en chef de la revue en ligne L’Autre Musique et du laboratoire du même nom qui entremêle chercheurs et praticiens dans un acte créatif libéré et porteur. Plasticien et poéticien ouvert à tout polymorphisme, à toute mutabilité, il se définit lui-même comme un « bricoleur » enchevêtrant les supports qu’ils soient numériques, picturaux ou sonores.
mathevetfrederic.bandcamp.com

Rob Mazurek, compositeur électroacoustique, improvisateur, cornettiste, artiste multimédia. Il a d’abord émergé de la scène musicale créative du Chicago des années 1990 et est devenu un explorateur du monde sonore dans une multitude de contextes stylistiques. Mazurek est membre (entre autres) du Exploring Star Orchestra, du Chicago Underground, et du São Paulo Underground.
robmazurek.com

Julie Mehretu, artiste plasticienne originaire d’Éthiopie. Les peintures et dessins de Mehretu se réfèrent à des éléments de cartographie et d’architecture, pour accéder à une complexité calligraphique qui ressemble aux atmosphères turbulentes et aux réseaux sociaux de grande densité. Son œuvre s’inscrit dans l’histoire de l’art non objectif – du Constructivisme au Futurisme – posant les questions contemporaines sur les rapports entre les impulsions utopiques et l’abstraction. Elle travaille et vit à Berlin.

Pierre-Stéphane Meugé, saxophoniste et compositeur, il a fait ses études au Conservatoire de Strasbourg. Il est le premier professeur de saxophone aux Cours d’été de Darmstadt (1988-1994). Fondateur du Quatuor XASAX et soliste au Klangforum Wien (1994-1998), il devient le soliste de l’Ensemble 2e2m. Il enseigne le saxophone et la musique de chambre à la Haute Ecole de Musique de Lausanne (HEMU) et mène une intense activité de soliste dans de nombreux pays (Russie, Japon, U.S.A., Indonésie, Ukraine).
psmeuge[chez]wanadoo.fr

Alexander Ness vit et enseigne à San Francisco. Pour son plaisir, il produit des œuvres dans divers domaines artistiques et la musique. Ses œuvres sont présentées localement (par exemple à l’Artists’ Television Access et au Center for New Music) et à l’étranger (récemment en Italie au Composit Festival, Rieti, et en Israël au Herzliya Museum of Contemporary Art). Il aime collaborer avec des amis et des étrangers. Il a eu la chance de travailler avec un certain nombre de compositeurs : Yoni Niv, André Mestre, Caroline Mallonée, Jim Altieri et Sam Pluta. Il s’intéresse à explorer les intersections singulières entre la méditation bouddhiste, et la résolution d’énigmes et de problèmes de math.
nesssoftware.com

Yoni Niv, compositeur, artiste sonore et théoricien. Il écrit des compositions acoustiques et électroacoustiques qui intègrent un large éventail de pratiques liées à la performance, souvent en collaborant avec des artistes travaillant dans différents médias. Sa musique est jouée par des ensembles reconnus de musique contemporaine, tels que KNM Berlin, International Music Ensemble (ICE) et le quatuor JACK  et ses installations sonores ont été exposées dans des musées et des galleries en Israël et à l’étranger. Yoni a un doctorat en composition et théorie de la New York University. Il enseigne actuellement la composition à la Musrara School of art, et à la Basis Art School en Israël. Il est le co-directeur de l’ensemble Musica Nova en Israël et le co-fondateur du programme d’études « sound art and experimental music » à la Musrara School of art.
yoniniv.org

Pascal Pariaud, instrumentiste, souffleur de tuyaux, chanteur et chef de chœur, improvisateur, prof à l’ENM de Villeurbanne, membre de PaaLabRes, membre de PFL-Traject, d’un duo de Poésie sonore et de divers ensembles sur instruments anciens.
pascalpariaud[ché]gmail.com

David Samas, compositeur, curateur, artiste conceptuel, créateur d’instruments et sculpteur social vivant à San Francisco. Ses peintures font partie de la collection permanente Di Rosa et sont exposées aux galeries Diego Rivera et Canessa. Il a joué dans de nombreux lieux dans la baie de San Francisco. David a été le curateur de plusieurs expositions et de festivals de musique. Il est directeur de l’association Thingmajigs (Oakland) pour le développement culturel dans la communauté. David écrit de façon régulière des partitions non conventionnelles pour le Cardew Choir, ROVA, le Gamelan Encinal et pour son propre collectif d’inventeurs Pet the Tiger.
bayimproviser.com/david-samas

Xavier Saïki, guitariste, improvisateur, basé dans l’Ain. Il travaille le son, la matière brute et les phénomènes acoustiques ; le moment présent, la fragilité, la densité empilée, et le presque rien. Il utilise principalement la guitare préparée, qu’elle soit électrique ou acoustique, ainsi que d’autres dispositifs électroacoustiques de sa fabrication. Il est membre du Collectif Ishtar (voir ci-dessus) et de « la Tribu hérisson ».
collectif.ishtar.free.fr

Matthieu Saladin, artiste et musicien, vit et travaille à Paris. Sa pratique s’inscrit dans une approche conceptuelle de l’art, réfléchissant, à travers un usage récurrent du son, sur la production des espaces, l’histoire des formes et des processus de création, ainsi que sur les rapports entre art et société du point de vue économique et politique. Elle prend aussi bien la forme d’installations sonores et de performances que de publications (livres, disques), de vidéos et de créations de logiciels. Il est maître de conférences en arts sonores à l’université Paris 8. Sa recherche théorique porte principalement sur l’art sonore et les musiques expérimentales.
matthieusaladin.org

Alain Savouret, compositeur de musiques électroacoustiques, instrumentales, ainsi que d’œuvres pédagogiques. Il s’intéresse à la matière sonore, à la virtuosité au clavier, à l’économie du matériau compositionnel ainsi qu’à l’improvisation. Il développe, à partir de 1987, le concept de « maîtrise d’œuvre », opération musicale menée sur une longue période avec les acteurs de la vie locale et leur patrimoine sonore pour une unique représentation. De 1992 à 2007, il enseigne au Conservatoire de Paris et crée la classe d’improvisation générative, classe expérimentale et interdisciplinaire. Il développe ainsi une pensée et une pratique musicales s’appuyant sur l’« auralité » (du latin auris : oreille), dans une perspective qu’il nomme « phonoculturelle ».
cdmc.asso.fr/biographies/savouret-alain

Nicolas Sidoroff, musicien->militant<-chercheur, entre autre membre de PaaLabRes, formateur au Cefedem Auvergne Rhône-Alpes, webm@ster de ce site, etc…

John Tilbury, pianiste vivant en Angleterre. Il est considéré comme l’interprète majeur de la musique de Morton Feldman. Membre du groupe d’improvisation AMM depuis 1980. Pendant les années 1960 il a été associé avec le compositeur Cornelius Cardew et un membre du Scratch Orchestra. Auteur d’un livre très important sur Cardew mêlant informations biographiques avec des analyses des compositions et des idées philosophiques.

Gérald Venturi, musicien, membre de PaaLabRes, enseignant à l’ENM de Villeurbanne.
gerald.venturi[chez]gmail.com

Léa Vernet, musicienne, étudie le hautbois en vue de l’obtention d’un DEM.
lea-vrnt[at]hotmail.fr

Christopher Williams, compositeur, improvisateur, contrebassiste. Il est un voyageur sur le continuum du corps-esprit dans le domaine de la musique. Originaire de Californie, il vit actuellement à Berlin. Sa recherche porte sur l’improvisation, la notation et le feedback entre la pensée, la perception et l’action dans la musique expérimentale.
christopherisnow.com