Editorial

EDITORIAL 2016

EDITORIAL 2017

ENGLISH EDITORIAL


PaaLabRes :
Pratiques Artistiques en Actes, LABoratoire de REchercheS

PaaLabRes (Pratiques Artistiques en Actes, Laboratoire de Recherches) est un collectif de musiciens, en existence depuis 2011, qui tente de définir les contours d’une recherche menée par les praticiens eux-mêmes autours d’expressions artistiques qui ne débouchent pas sur des œuvres définitives. Dans un texte initial publié par Revue&Corrigé1 en 2012 le collectif se définissait de la manière suivante :

« Les technologies électroniques ont créé les conditions d’une grande diversité de pratiques artistiques, par le seul fait d’un accès décuplé aux informations sur le plan mondial et historique. De nombreuses pratiques se démarquent aujourd’hui, d’une part, des institutions représentant des patrimoines sacralisés et, d’autre part, des industries culturelles commercialisées, en vue d’inventer – très souvent de manière collective – au quotidien leurs « arts de faire ». Nous appellerons ces pratiques artistiques « nomades et transversales », car elles tendent à refuser de se figer dans des œuvres définitives en remettant continuellement sur le chantier des matériaux selon des situations particulières, et elles tendent aussi à refuser des étiquettes esthétiques ou professionnelles identitaires en bricolant au quotidien des chemins de traverse. »

L’objectif de PaaLabRes est de réunir par l’action, la réflexion et la recherche, des pratiques diversifiées qui ne se reconnaissent ni dans les formes figées des patrimoines, ni dans celles imposées par les industries culturelles. Ces pratiques font souvent place à la création collective, à l’improvisation, à la collaboration entre les arts, sans pourtant faire l’objet d’une identité excluant d’autres formes d’interaction ou de production. Remettant en cause l’autonomie de l’art par rapport à la société, elles se fondent au quotidien sur des contextes qui mêlent l’artistique au sociologique, au politique, au philosophique et aux logiques de transmission et d’éducation. De ce fait elles restent instables et changeantes, de véritables pratiques nomades et transversales.

La publication électronique PaaLabRes a deux fonctions : premièrement de rendre compte de la recherche artistique liées aux pratiques qui intéressent le collectif ; deuxièmement d’utiliser le site proposant des outils multimédias pour développer de nouvelles formes d’expression artistique et par là mener notre propre recherche. C’est ainsi qu’il y a une volonté de notre part d’inclure une diversité d’objets, tels que textes, vidéos, fichiers audio, graphismes, etc. Il s’agit aussi de confronter des articles de recherche de format universitaire, avec des productions poétiques et artistiques, en passant par des contributions réflexives plus ou moins formalisées se présentant sous diverses formes. Pour rendre compte de cette diversité, le site se présente sous la forme d’un plan de métro, d’une carte de lieux-dits, dans lequel différentes lignes et liaisons se font jour, se mettent à jour.

Pour le collectif PaalabRes, il est très important de pouvoir refléter une diversité dans les domaines de la production artistique, des expressions culturelles, des manières de présenter la recherche, et de mêler les divers médias en présence. Notre projet est de faire dialoguer le détachement de la recherche formelle avec la légèreté des discours sans objets, en passant par l’ironie des polémistes et la vigueur des débats politiques. L’enjeu est la place des pratiques artistiques dans le contexte compliqué de notre société multiple, dans une triple direction fortement interactive : logique des pratiques, logique d’enseignement, logique de recherche.

Informations importantes sur les conditions pratiques de la réalisation des éditions 2016 et 2017 de l’espace numérique « PaaLabRes »

Le développement du site a été assuré par le collectif PaaLabRes, avec notamment la contribution principale de Nicolas Sidoroff2. Le comité de rédaction est composé de Samuel Chagnard, Jean-Charles François et Nicolas Sidoroff.

La totalité de la production de l’espace numérique PaaLabRes – structuration du site, création, traductions, réalisation technique – se fait à partir d’une absence totale de moyens et sur la base du bénévolat. Le travail est effectué par des artistes qui sont par ailleurs salariés dans des structures d’enseignements ou bien à la retraite, et qui donnent leur temps dans les limites de leurs possibilités pour rendre possible ces publications. Ces mêmes personnes sont en plus impliquées dans leurs propres projets de recherche et de création artistique, souvent dans le cadre d’études menant au doctorat. Certaines actions (ateliers) propres au collectif PaaLabRes génèrent un tout petit pourcentage en vue de payer les frais d’hébergement du site.

Mais comment vivent les plateformes et communautés de développement d’outil internet (type framasoft) en lutte contre le système ? Comment échapper à la contrepartie de la gratuité d’Internet, constituée par l’envahissement publicitaire ?

Dans la première édition 2016, nous avons par exemple utilisé « youtube » pour la réalisation des 72 Itinéraires-Chants. C’était une solution « facile » pour des fichiers qui dans leur addition pesaient lourds en espace. Mais elle impliquait 1) le recours à, et donc la participation à la googlelisation et la récupération massive et organisée des données  et 2) la présence imposée par « google » de publicité sur certaines vidéos. Pour l’édition 2017, nous avons décidé d’utiliser la plateforme « viméo », ce qui nous a paru mieux correspondre à notre sens de l’éthique, mais l’inconvénient de la présence de la publicité façon « Staffpicks » n’a pas été évité pour un compte gratuit… La ruse que nous utilisons est de donner un peu de temps pour cliquer sur des liens internes au site avant l’apparition de cette publicité.

Les dossiers sur le manque de moyens pour des projets de recherche alternatifs et l’utilisation des outils de communication numérique restent à instruire. Toutes les remarques et bonnes idées que vous pourriez exprimer à ce sujet seront beaucoup appréciées de notre part. Et d’une façon plus générale, tout retour critique sur notre démarche nous sera d’une très grande utilité.
Les commentaires peuvent être envoyés à l’adresse suivante : contact[chez]paalabres.org

Le collectif PaaLabRes — 2016 — 2017
Samuel Chagnard, Jean-Charles François, Laurent Grappe,
Karine Hahn, Gilles Laval, Noémi Lefebvre,
Pascal Pariaud, Nicolas Sidoroff, Gérald Venturi.

Pour accéder à l’éditorial de l’édition 2016, cliquez ci-dessous :

EDITORIAL 2016

Pour accéder à l’éditorial de l’édition 2017, cliquez ci-dessous :

EDITORIAL 2017


1. Voir l’article dans Revue&Corrigée N°95, mars 2013, « 1. Paalabres. Projets de Pratiques Artistiques en Acte, Laboratoire de recherche »).

2. Nous avons reçu l’aide précieuse de Sandrine Desmurs dans le développement du site. Ce développement – et notamment cette idée initiale de plan de métro – n’aurait pu se faire sans l’aide précieuse d’un travail mené par quatre étudiantes du Master « Architecture de l’information » de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon : Ariane Faraldi, Chloé Demarbaix, Emeline Mercier et Laurence Tranchand-Granger. Le tuteur de ce projet était Jean-Philippe Magué, Maître de Conférence en Humanité Numériques. Ces étudiantes ont mené une enquête sur les éventuels futurs usagers et contributeurs au site PaaLabRes, de rechercher les réalisations de revues artistiques numériques similaires à celle que nous voulons développer en vue d’identifier les meilleures pratiques, et de proposer une architecture du site compatible avec nos objectifs et ressources (voir le lien http://archinfo05.hypotheses.org/218).Nous remercions vivement cette équipe et l’ENS de Lyon pour la réalisation de ce projet.