Archives pour la catégorie paarticipation

Call for contributions 2018

Traduction française


“Break down the walls”
Third Edition PaaLabRes 2018, call for contributions

Presentation

Our world is more and more defined by the presence of walls separating in radical ways human groups: they might be solid walls between determined political borders, or only conceptual ones, notably in cultural domains. We are in presence of a proliferation of small groups forming restricted communication networks and developing specific practices, often alternative to those that are perceived as dominant in a given space. This constitutes a form of democratic progress that makes it possible for a growing number of people to be involved in a cause or in some practices.

The presence of conceptual walls is absolutely necessary for any development of a significant collective activity. In order to establish themselves, collectives need to build a protecting shelter that allows them to ground their practice on some values and to freely develop their projects. Nevertheless, this way of achieving a certain specificity can often in the long run tend to exclude people who do not correspond to the way of thinking of the given collective and to its comportment. In an internal manner, these collectives can be very open to multidisciplinary activities, but by developing highly specialized languages, they can also only concern a very small number of people. Consequently, the possibility to open in some ways the protected spaces seems to be at the core of a reflection on walls.

An awareness of the ecology of practices is necessary: potentially, any practice can kill others and yet it depends on the parallel existence of other practices. The walls, closures, shelters should not be obstacles to the respect of others and to interacting with them. It is important that the practices be inscribed in a common space.

The possibility for any individuality to be situated at the limits of officially recognized fields, working on the paradoxes created by boundaries, should also be taken into account. In recent artistic practices, hybrid projects between two domains, two styles, two genres, have assumed great importance. Belonging simultaneously to several identities is a common phenomenon in our present society.

“Break down the walls” does not mean erasing them in order to create a generalized conformity to an order that would be determined from a particular place. “Break down the walls” however seems today sorely needed not only to counter political and cultural initiatives of exclusion, but also to create a real possibility for anyone to move freely in the space of diversity. Finally, “Break down the walls” requires the implementation of a particular set of provisions, which would guarantee the meeting of different groups on an equality basis and ensure that the exchanges between them would carry beyond a simple confrontation of points of view.

Call for contributions 2018

The collective PaaLabRes (Lyon, France), in the perspectives of the Third Edition of this digital space calls for contributions concerning realizations of projects pertaining to the idea of “Break down the walls”. You are invited to present some working processes associated to a critical reflection and their evolution in time (including the difficulties or failures you have encountered). The contributions should also reflect principles of equality of participation among the different groups or disciplines involved.

The call encompasses four categories of contribution:

  1. The documentation of a meeting between two (or more) groups having different practices (at least one of the groups should have an artistic purpose) in the form of exchanges of ideas, sharing of common artistic acts, or of a specific research project.
  2. The documentation of a process or of an artistic event having some connection with calling into question the presence of a wall, a political boundary, a particular prohibition.
  3. The documentation of a process or of a hybrid artistic event mixing two heterogeneous domains in a single action in which the distinctions between the two domains tend to be erased.
  4. Research articles, which serve as theoretical/practical references to the subject matter of “Break down the walls”.

Each proposition of documentation can be in the form of a text, a video, an audio track, an image or their combination. The texts can be presented in diverse formats: normal presentation, animated texts, texts read out loud, texts included as subtitles in a video.

We will not be able to include videos lasting more than 7 minutes (through a link they can refer to longer videos, existing films, etc.), and it will be difficult to include texts of more than 3000 words (except for research articles).

 

The 2018-19 Edition “Break down the walls”

The contributions will be published on this Internet site of the PaaLabRes collective, an evolving digital space. The 2016 Edition was based on a series of train stations. The 2017 Edition was based on a series of known places on a map.
The 2019 Edition “Break down the walls” will take a new artistic format: the publication of the contributions will be proposed in the graphic form of a sinuosity representing at the same time the continuity (without walls) between the contributions and the errant spirit meandering thought. The contributions will be published in the form of collages with no interruption of the flow, moving along this sinuosity. The aim is to produce a continuity between diversified practices. Furthermore, it would also be possible to publish artistic or textual reference objects in their separate integrity (outside the sinuosity form).

The contributors to this edition have to accept the principle of a collage realized by the PaaLabRes Collective (see for example the known place “Cardew” on the Map PaaLabRes 2017). The integrity of the contributions is guaranteed, except in cases where the authors accept some modifications.

 

Schedule

June 2018: call for contributions.
October 15, 2018: closing date for submission of proposals.
December 31, 2018: announcement of accepted proposals by PaaLabRes.
May 2019: publication of the Third Edition.

Proposals should be sent to contribution[at]paalabres[dot]org.
If you have questions or difficulties concerning the format of your contribution, do not hesitate to contact the PaaLabRes team at the same address.

General Informations

The submitted texts can be in French or English. In the first case, they would be presented with an English abstract. In the second case, they will be published in English with a French abstract, or if possible in a bilingual version. English texts already published will be translated in French with references to their initial publication.

The members of PaaLabRes Collective form the editorial committee, which will determine the content of the digital space.

The members of the production committee are: Samuel Chagnard, Jean-Charles François, Noémi Lefebvre and Nicolas Sidoroff.

 
 


Download the Call for contributions (3p, letter format, 152Mo)

Appel à contributions 2018

English translation


« Faire tomber les murs ! »
Troisième édition PaaLabRes 2018, appel à contributions

Attendus

Notre monde se définit de plus en plus par la présence de murs qui séparent de manière radicale les groupes humains, qu’ils soient solides entre des frontières politiques déterminées, ou bien seulement conceptuels, notamment dans les domaines de la culture. On est en présence d’un foisonnement de groupuscules qui se constituent en réseaux de communication limités et qui développent des pratiques particulières, souvent alternatives à celles qui sont perçues comme dominantes dans un espace donné. Il s’agit là d’une avancée démocratique donnant à de plus en plus de personnes la possibilité de s’impliquer dans des causes et des pratiques.

L’existence de murs conceptuels est absolument nécessaire à toute constitution d’activité collective significative. Pour se constituer, les collectifs ont besoin de se construire un abri de protection pour fonder une pratique sur des valeurs et librement développer leurs projets. Pourtant, cette manière de se définir peut souvent à la longue tendre à exclure les personnes qui ne correspondent pas aux modes de pensée et de comportement du collectif impliqué. De manière interne ces collectifs peuvent être très ouverts à des activités multidisciplinaires, mais par le développement de langages très spécialisés, ils peuvent par ailleurs ne s’adresser qu’à un très petit nombre d’individus. En conséquence les possibilités d’ouverture des espaces protégés semblent être au coeur de la réflexion sur les murs.

Il convient de prendre conscience d’une écologie des pratiques : toute pratique potentiellement peut en tuer d’autres et toute pratique dépend de l’existence parallèle d’autres pratiques. Les murs, les clôtures, les abris ne doivent pas faire obstacle au respect de l’existence de l’autre et à des interactions avec elle et lui. L’existence des actions dans un large espace commun est essentielle.

Il faut aussi prendre en compte la possibilité pour toute individualité de se situer aux limites des catégories officiellement reconnues et de travailler sur les paradoxes créés par les lisières. Dans les pratiques artistiques récentes les projets hybrides entre deux domaines, deux styles, deux genres, ont pris une grande importance. L’appartenance simultanée à plusieurs identités est un phénomène très présent au sein de notre société.

« Faire tomber les murs » ne veut pas dire de les effacer en vue d’une conformité généralisée à un ordre qu’on aurait déterminé à partir d’un lieu particulier. « Faire tomber les murs » semble aujourd’hui plus que nécessaire pour non seulement contrer les démarches politiques et culturelles d’exclusion, mais aussi pour créer une réelle possibilité pour toute personne de se mouvoir librement dans l’espace de la diversité. « Faire tomber les murs » nécessite enfin la mise en place de dispositifs particuliers garantissant que la rencontre entre différents groupes puisse se faire sur un pied d’égalité et que les échanges aillent au-delà d’une simple confrontation de points de vue.

Appel à contributions 2018

Le collectif PaaLabRes (Lyon) dans le cadre de cet espace numérique fait appel à contributions concernant la réalisation de projets autour de l’idée de « Faire tomber les murs ». Nous vous invitons à présenter des processus de travail associés à une réflexion critique et leurs évolutions dans le temps (sans omettre les difficultés rencontrées et les échecs). Les contributions doivent être aussi le reflet de principes d’égalité de participation des différents groupes ou des disciplines en présence.

L’appel concerne quatre catégories de contribution :

  1. La documentation d’une rencontre entre deux (ou plus) groupes ayant des pratiques différentes (au moins un des groupes doit avoir une finalité artistique) sous forme d’échanges d’idées, de partage d’actes artistiques communs, ou d’un projet spécifique de recherche.
  2. La documentation d’un processus ou d’un événement artistique ayant un rapport avec la remise en cause de l’existence d’un mur, d’une frontière politique, d’un interdit particulier.
  3. La documentation d’un projet artistique hybride mêlant deux domaines hétérogènes dans une seule action dans laquelle la distinction entre les deux domaines tend à s’effacer.
  4. Articles de recherche servant de références théoriques/pratiques sur le sujet de « Faire tomber les murs ».

Chaque proposition de documentation peut être constituée d’un texte, d’une vidéo, d’une piste audio, d’une image, ou de leur combinaison. Les textes peuvent être présentés sous diverses formes : présentation usuelle, textes animés, textes récités, textes inclus en sous-titres de vidéos.

Nous ne pourrons pas mettre en ligne des vidéos et des enregistrements audio de plus de 7 minutes (par lien, les contributions peuvent renvoyer à des vidéos ou pièces de musique plus longues déjà existantes), et difficilement des textes de plus de 3000 mots (sauf pour les articles de recherche).

 

L’édition 2018-19 « Faire tomber les murs »

Les contributions seront publiées sur ce site internet du collectif PaaLabRes, espace numérique évolutif. L’édition 2016 a été basée sur une série de stations de lignes de métro. L’édition 2017 a été basée sur une série de lieux-dits.
L’édition 2018-19, « Faire tomber les murs », prendra une nouvelle forme artistique : la publication des contributions sera proposée sous la forme graphique d’une sinuosité représentant à la fois une continuité (sans murs) entre les contributions et l’esprit de méandres de la pensée errante. Les contributions seront publiées sous la forme de collages dans un déroulement sans arrêt le long de cette sinuosité. Il s’agit de trouver une continuité entre des pratiques diversifiées. Par ailleurs, on aura aussi la possibilité de publier séparément des objets de références textuels ou artistiques dans leur intégrité séparée.

Les contributeurs à cette édition doivent accepter le principe du collage réalisé par le Collectif PaaLabRes (voir par exemple le lieu-dit « Cardew » de la Carte PaaLabRes 2017). L’intégrité des contributions est garantie, sauf dans le cas où les auteurs acceptent des aménagements.

 

Calendrier

Juin 2018 : appel à contributions.
15 octobre 2018 : date limite de dépôt des contributions.
31 décembre 2018 : réponses du Collectif PaaLabRes.
Mai 2019 : publication de la troisième édition.

Les propositions doivent être envoyées à contribution[]paalabres[]org.
Si vous avez des questions ou des difficultés au sujet de la formulation de votre contribution,
n’hésitez pas à contacter l’équipe de PaaLabRes à la même adresse.

Informations générales

Les textes peuvent être proposés en français ou en anglais. Dans le premier cas ils seront présentés comme tels avec un résumé en anglais. Dans le deuxième cas, ils seront soit publiés en anglais avec un résumé en français, soit accompagnés d’une traduction française. Les articles déjà publiés dans une langue étrangère au français, seront traduits en français avec références à leur publication initiale.

Le collectif PaaLabRes est constitué en comité éditorial. Il se réserve le droit de déterminer le contenu de l’espace numérique.

L’équipe de rédaction est constituée de : Samuel Chagnard, Jean-Charles François, Noémi Lefebvre et Nicolas Sidoroff.

 

Autres contributions

Par ailleurs, PaaLabRes sollicite des contributions pour enrichir son espace numérique.
D’une part, l’édition 2016 avec les lignes Improvisation, Recherche artistique, Politique et Compte-rendu de pratique (voir en particulier l’éditorial correspondant). La ligne « Cartographie PaaLabRes » est définitivement constituée, il n’est pas prévu d’y ajouter de nouvelles contributions.
D’autre part, l’édition 2017 sur les partitions graphiques peut aussi être complétée (voir l’éditorial correspondant).

Nous encourageons la diversité des formes de contributions : articles de recherche, textes libres ou poétiques, vidéos, enregistrements sonores, graphismes, formes hybrides multimédias, etc.

Ces contributions peuvent être envoyées à tout moment à cette adresse : contribution[]paalabres[]org

 
 


Télécharger l’appel à contribution (3p, format A4, 150Mo)

Call for contributions 2016-17

Traduction française


« Use of Graphic Scores in Artistic Acts »

Presentation of the problem

Since 1950, at the initiative of composers such as Morton Feldman, John Cage, Earl Brown, Sylvano Bussotti, Karlheinz Stockhausen, Cornelius Cardew, Anestis Logothetis (etc.), the use of graphic scores, requiring performers themselves to decide the meaning of the signs inscribed on paper, has been largely experimented. These practices have resulted in a major controversy on the impossibility of determining how a sound result could be attributed without ambiguity to a specific score written by a particular composer (see for example Nelson Goodman, Languages of Art: An Approach to a Theory of Symbols, Hackett Publishing, 1968). The concept of a work of art as the ideal creative object produced by a specific author was directly questioned.

In 1969, the architect Lawrence Halprin, in collaboration with the choreographer Ann Halprin, presented in a book, The RSVP Cycles: Creative Processes in the Human Environment (G. Brazilier, 1970), the idea that in all creative processes, a score (S of RSVP) was present in graphic form (as for example architectural plans), and consequently any graphic form could be used to determine productions in all the different artistic domains: using materials (resources, R of RSVP, value systems (V) and particular processes (P).

After a period of intensive experimentation (1950-70), it seems that the use of graphic scores in Western contemporary music has practically disappeared. However, the use of graphic scores can be found in a more anonymous manner in musical practices in which improvisation takes an important place: the score is no longer considered as a major object of identification of a work of art, but as a simple tool (among others) for developing forms. In this context, graphic scores play an important role in instrumental and vocal pedagogy, allowing a reflection on sound production to take place and on how this can be contemplated in a collective context.

Today, it seems interesting to attempt to see to what extent the phenomenon of graphic scores continues to play a role in artistic practices. The broadened definition of “graphic score” in the context of this call for contributions can be as follows:

A graphic form, combinations of visual signs, determining actions realized by human beings according to various modalities. Or on the contrary, actions realized by human beings producing some graphic forms according to various modalities.

A graphic form can be a source of action for music, dance, theatre, poetry, etc. In the case of music, the signs of the traditional musical notation are not excluded, but the task of transforming the signs into sounds, has to be determined (at least in part) by the performer.

 

A new line: “Graphic Scores”

In the perspective of an evolving internet site or digital space, PaaLabRes envisages another new multimedia form for the coming year: a new line would be added to the ‘metro map’, called “Graphic Scores” – similar to the central line “Cartographie PaaLabRes” of the existing version:

  1. The stations on the Graphic Scores line would be composed of extracts of performances of graphic scores (for example a sound track accompanied with the score)
  2. Travelling between stations would be composed by texts (collages) providing a transition between the artistic content of one station and that of the next one on the line.
  3. Some stations (maximum 3 or 4) would comprise referent research texts relative to the use of graphic scores.

 

Call for contributions

The collective PaaLabRes (Lyon, France), in the perspective of developing its digital space, calls for contributions in the realm of artistic practices using graphic scores. The call implies three types of contribution:

  1. An extract of an artistic act using a graphic score combining a graphic support and its artistic rendering – performance or other forms (maximum 5 minutes in duration). For example the sound track can be accompanied with a visual track, showing the score itself (which would have to be free of rights). This is only one example among other forms which can be proposed.
  2. Same constraints as in (1), but this time using exclusively an extract from the score Treatise by Cornelius Cardew (Peters Edition, 1963-67).
  3. Research articles (no limit of size) on the general subject of graphic scores as defined above. Our intent is to publish only three or four such contributions.

For propositions (1) and (2), a text (in English, could be very short, and maximum 1500 words) should mandatorily accompany the artistic content. This corresponds to PaaLabRes’ initial intent to systematically associate in each of its projects, research and invented artistic forms. We propose for this text three possible forms:

  1. A text describing the processes used by the participant(s) in the realization of the graphic score.
  2. A free text, which can be poetical or expressing some ideas to juxtapose to the artistic realization.
  3. A text dealing with theoretical aspects linked to the processes.

This text will be translated in French. It will be used by the PaaLabRes editorial committee to build, through collage procedures, a transition between two stations, mixing two texts belonging to two adjacent stations, with eventual additions by the editorial committee. All the texts will be published integrally, but in a format chosen by PaaLabRes. Different character fonts will allow the reader to identify the authors of the texts. If possible, an English version will eventually be also presented.

 

Schedule

Closing date for submission of proposals: December 31, 2016.
Announcement of accepted proposals by PaaLabRes: February 1, 2017.
Publication of the new version of the digital space PaaLabRes: May/June 2017.
Proposals should be sent to contribution[]paalabres[]org
If you have questions concerning this call for contributions, they can be sent to the same address.

 

Other contributions

Furthermore, PaaLabRes is seeking contributions to add to the existing lines in its digital space: “Improvisation”, “Recherche artistique” (Artistic research), “Politique” (Political), and “Compte-rendu de pratique” (Projects and actions), the English Editorial in particular. Note: the line « Cartographie PaaLabRes » (PaaLabRes cartography)
is definitively constituted, there is no plan to add new contributions to it. We encourage a diversity of forms in the contributions: research articles, free or poetical texts, videos, sound tracks, graphic forms, hybrid multimedia forms, etc.

These contributions can be sent at any time to this address: contribution[]paalabres[]org

 

General Information

The submitted texts can be in French or English. In the first case, they will be presented with an English abstract. In the second case, they will be published in English with a French abstract, or if possible in a bilingual version. The English texts already published will be translated in French with references to their initial publication.

The members of PaaLabRes collective form the editorial committee, which will determine the content of the digital space.

The members of the production committee are: Samuel Chagnard , Jean-Charles François, Noémi Lefebvre and Nicolas Sidoroff.

 
 


Download the Call for contributions (3p, letter format, 148Mo)

Appel à contributions 2016-17

English translation


« Actes artistiques à partir de partitions graphiques »

Exposé du problème

Depuis les années 1950, à l’initiative de compositeurs tels que Morton Feldman, John Cage, Earl Brown, Sylvano Bussotti, Karlheinz Stockhausen, Cornelius Cardew, Anestis Logothetis (etc.), l’utilisation de partitions graphiques, exigeant des interprètes d’inventer par eux-mêmes la signification sonore des signes inscrits sur le papier, a été largement expérimentée. Ces pratiques ont suscitées une controverse majeure sur l’impossibilité de déterminer comment un résultat sonore pouvait être attribué sans ambiguïté à une partition spécifique produite par un auteur déterminé (voir Nelson Goodman, Langages de l’art : Une approche de la théorie des symboles, tr. fr. J. Morizot, Paris, Hachette, 2005). La notion d’œuvre dans ses dimensions d’objet idéal de création par un auteur déterminé était directement remise en question.

En 1969, l’architecte Lawrence Halprin en collaboration avec la chorégraphe Ann Halprin a présenté dans un livre The RSVP Cycles : Creative Processes in the Human Environment (G. Brazilier, 1970) l’idée que dans tous les processus de création, une partition (Score, S de RSVP) intervenait sous forme de graphisme (les plans d’architectes par exemple) et que, en conséquence, toute forme graphique pouvait donner lieu à des productions dans tous les différents domaines artistiques : en utilisant des matériaux (Ressources, R de RSVP), des systèmes de valeurs (Values) et des processus particuliers (Process).

Après une période d’expérimentations intense (1950-70), il semble que l’utilisation des partitions graphiques dans la musique contemporaine occidentale ait quelque peu disparu. Mais on retrouve souvent l’utilisation des partitions graphiques de manière plus anonyme dans les musiques où l’improvisation tient une place importante, non plus comme objet majeur de l’identification de l’œuvre, mais comme simple outil (parmi d’autres) d’élaboration des formes. Dans ce contexte les partitions graphiques tiennent une place importante dans la pédagogie des pratiques instrumentales et vocales permettant de focaliser la réflexion sur l’émission des sons et sur la manière de l’envisager de manière collective.

Il semble intéressant aujourd’hui de tenter de voir dans quelle mesure le phénomène des partitions graphiques perdure dans les pratiques artistiques. La définition élargie de « partition graphique » dans le cadre de cet appel à contributions s’établit comme suit :

Un graphisme, assemblage de signes visuels, déterminant des actions réalisées par des humains selon des modalités diverses. Ou au contraire des actions réalisées par des humains donnant lieu à un graphisme selon des modalités diverses.

Un graphisme peut donc donner lieu à de la musique, de la danse, du théâtre, de la poésie, etc. Dans le cas de la musique, les signes de la notation musicale traditionnelle ne sont pas exclus, mais la tâche de transformation du signe à sa signification en terme de sonorité doit rester (au moins en partie) déterminée par le musicien qui va jouer.

 

Une nouvelle ligne « Partitions graphiques »

Dans l’idée d’un site internet, espace numérique évolutif, PaaLabRes envisage une nouvelle forme multimédia pour l’année à venir : une nouvelle ligne serait intégrée dans le plan du métro intitulée « Partitions graphiques », inspirée de la ligne centrale « Cartographie PaaLabRes » :

  1. Les stations seraient composées d’extraits de réalisation de partitions graphiques (par exemple sons accompagnés de la partition) ;
  2. Le passage entre les stations serait composé de textes (collages) assurant la transition d’une réalisation à une autre ;
  3. Quelques stations (3 ou 4 au maximum) seraient constituées par des textes de référence concernant les questions relatives à l’utilisation des partitions graphiques.

 

Appels à contributions

Le collectif PaaLabRes (Lyon) dans le cadre de son espace numérique, fait un appel à contributions concernant les réalisations de partitions graphiques. L’appel concerne trois catégories de contribution :

  1. Un extrait d’une réalisation d’une partition graphique (maximum 5 minutes) combinant un support graphique et son rendu artistique. Par exemple la piste audio peut être une réalisation sonore d’une partition graphique (nécessairement libre de droits) apparaissant sur la piste « visuelle ». Ceci n’est qu’un exemple, d’autres formes peuvent être proposées.
  2. Mêmes conditions que dans le premier cas, mais cette fois concernant exclusivement une réalisation en terme d’actions (pas forcément musicales) d’un extrait de la partition Treatise de Cornelius Cardew (Peters Edition 1963-67).
  3. Articles de recherche (sans limite de taille) sur le sujet général des partitions graphiques telles qu’elles sont définies en ci-dessus. Notre intention est de ne publier que quelques contributions de ce type (jusqu’à trois ou quatre articles).

Pour les propositions (1), et (2), un texte (même très court, jusqu’à 1500 mots) doit obligatoirement accompagner le contenu artistique. Cela s’inscrit dans la volonté initiale de PaaLabRes d’associer systématiquement dans chacun de ses projets, recherche et formes artistiques en invention. Nous proposons trois formes possibles pour ce texte :

  1. Un texte décrivant les processus qui ont amenés le (ou les) participant(s) à réaliser ou transformer la partition graphique en actions (ou les actions en graphismes).
  2. Un texte libre, poétique ou exprimant des idées à juxtaposer à la réalisation artistique.
  3. Un texte traitant des aspects théoriques des processus.

Ce texte sera utilisé par l’équipe éditoriale de PaaLabRes pour construire par collage une transition entre les stations, mêlant les deux textes de deux stations adjacentes avec éventuellement des ajouts de l’équipe éditoriale. Tous les textes seront publiés dans leur intégralité, mais dans des formes choisies par PaaLabRes. La mise en forme des textes permettra au lecteur d’identifier à quel(s) auteur(s) se réfèrent les différentes parties du texte.

 

Calendrier

Date limite de déposition des propositions : 31 décembre 2016.
Réponse PaaLabRes : 1er février 2017.
Publication : mai-juin 2017.
Les propositions doivent être envoyées à contribution[]paalabres[]org
S’il y a des questions concernant cet appel à contributions, elles peuvent être envoyées à la même adresse.

 

Autres contributions

Par ailleurs, PaaLabRes sollicite des contributions pour enrichir les lignes déjà en existence de son espace numérique : Improvisation, Recherche artistique, Politique et Compte-rendu de pratique (voir en particulier l’Editorial). La ligne « Cartographie PaaLabRes » est définitivement constituée, il n’est pas prévu d’y ajouter de nouvelles contributions. Nous encourageons la diversité des formes de contributions : articles de recherche, textes libres ou poétiques, vidéos, enregistrements sonores, graphismes, formes hybrides multimédias, etc.

Ces contributions peuvent être envoyées à tout moment à cette adresse : contribution[]paalabres[]org

 

Informations générales

Les textes peuvent être proposés en français ou en anglais. Dans le premier cas ils seront présentés comme tels avec un résumé en anglais. Dans le deuxième cas, ils seront soit publiés en anglais avec un résumé en français, soit accompagnés d’une traduction française. Les articles déjà publiés dans une langue étrangère au français, seront traduits en français avec références à leur publication initiale.

Le collectif PaaLabRes est constitué en comité éditorial. Il se réserve le droit de déterminer le contenu de l’espace numérique.

L’équipe de rédaction est constituée de : Samuel Chagnard, Jean-Charles François, Noémi Lefebvre et Nicolas Sidoroff.

 
 


Télécharger l’appel à contribution (3p format A4, 146Mo)

English : Paarticipation


PaaLabRes: Forum of Discussion

The digital space PaaLabRes should also be a discussion forum: a space for debate, interactions, comments, and suggestions. The exact form of this interactive forum between the collective PaaLabRes and the site’s users remains to be developed in detail.

It is very important for us to have immediate feedback on the technical aspects of the site, because we are developing it with our own limited means. Critical comments on the way users navigate in the architecture of the site, indicating what should be improved, are welcome.

Our intention is to organize the discussion forum in several territories. Firstly, a space for brief contributions by the site’s visitors (one page maximum): commentaries, critical feedback, encouragements, and suggestions. Secondly, longer texts concerning useful information for the site’s community: stories of various experiences, events, conferences, publications that can have a particular interest relative to the questions raised by PaaLabRes. Thirdly, more substantial propositions: research articles, artistic forms, poetical or political texts, etc. Finally, we also hope to organize specific spaces for debate linked to some of the site’s publications (see the end of the text of the station “Débat” on artistic research).

Calls for contributions on particular subject matters will be launched periodically, in order to enrich the existing lines of the site, or to create new ones.

The collective PaaLabRes is in charge of the process of presentation and editing of the various contributions in a spirit of exchange.

The digital space PaaLabRes is addressed to a French speaking audience, to those who do not master foreign languages, notably the English language. The use of French for most of its content is therefore deliberately claimed. At the same time, we are dedicated to be open to international contexts. This is why some translations are already proposed on the site and they will play an important role in future publications. Bilingual publications are possible in the case of original texts, which have not been already published. Each station includes an abstract in English or references to English versions of the texts. Contributions in English are very welcome.